vendredi 27 janvier 2017

Visites du marché de Lausanne



Suite à mon article de l'été dernier, où je proposais une visite guidée virtuelle du marché, vous avez été plusieurs dizaines à me demander de vous faire visiter le marché en vrai. Certains c'étaient pour apprendre à choisir des légumes, d'autres pour oser enfin s'adresser aux commerçants. Certains m'ont même dit qu'en y passant, ils ont essayé, et puis qu'ils n'ont jamais osé acheter, car ils ne savaient pas comment commencer : faut-il se servir ou attendre ? où est la file d'attente ? comment savoir combien ça va nous coûter ? est-ce qu'ils ont des sacs ?

A force d'entendre toutes ces questions et ces demandes, je me suis dit que j'allais organiser une ou deux visites, pour tester et voir si ça a un intérêt, pour les visiteurs et pour moi. Et si je remarque que ça motive certains à faire le marché régulièrement, et que ça m'amuse, pourquoi ne pas en organiser régulièrement, avec un format encore à définir.

Parce que je l'adore ce marché. On a une chance inouïe d'avoir une telle profusion de producteurs et de produits locaux de qualité. C'est tellement gratifiant d'acheter de beaux produits directement au producteur, personne ne les connait mieux qu'eux. Et ça nous pousse vers toutes sortes d'autres réflexions (enfin moi) de consommation. Par exemple, depuis que je fais le marché régulièrement, j'aime de moins en moins les magasins, j'y vais quand j'ai vraiment besoin de quelque chose, mais j'ai perdu tout goût au shopping, et je ne m'en porte que mieux. Mais c'est une autre histoire, revenons à nos visites.

Avec un ami encore plus marché-geek que moi, nous allons donc vous proposer une première visite un samedi de février. 

Afin de pouvoir papoter ensemble et que ce soit le moins formel possible, pour cette première visite test, nous accepterons un maximum de 6 personnes et nous allons tenter de choisir des profils différents.



Comment s'inscrire ?


M'envoyer un mail avec dans l'objet : visite du marché 11 février ou visite du marché 18 février, selon votre disponibilité.  Dans le mail, je veux bien quelques mots sur pourquoi cette visite vous intéresse : plutôt pour découvrir nos producteurs préférés, plutôt pour apprendre à faire le marché, plutôt pour apprendre plus de choses sur les produits locaux et comment les choisir, etc.

Dès que nous aurons synchronisé nos agendas, avec mon acolyte geek du marché, nous enverrons le lieu de rendez-vous aux 6 premiers visiteurs.




FAQ



Date : samedi 11 février ou samedi 18 février

Prix : la visite sera gratuite

Matériel :
- un sac pour vos achats (panier, sac en toile, cabas roulant, c'est égal)
- de l'argent en cash, à vous de définir un budget (vous pourrez même ne rien acheter, mais ça va être dur, car nous sommes très enthousiastes...), mais au moins de quoi vous payer une boisson chaude avant et après la visite.

Déroulement :

  • 9h30-10h : rendez-vous dans un café proche du marché au chaud pour faire connaissance
  • 10h-11h : visite du marché avec plusieurs stands : maraichers et fromagers (pour commencer)
  • 11h-11h30 : débrif des courses au chaud dans un autre café proche du marché
(L'horaire ne sera pas militaire et il est fort probable que ça déborde un peu.)



Si vous avez d'autres questions, n'hésitez pas à les poser ci-dessous.

Si vous ne pouvez pas participer, ce n'est pas grave, on vous racontera comment ça s'est passé et, si ça devient des visites régulières, vous aurez d'autres occasions.

lundi 23 janvier 2017

Papet



Demain, c'est la journée du papet ! 
Plat emblématique du Canton de Vaud, une potée constituée de poireaux (ou "poreaux" si on parle local) et de pommes de terre et souvent couronnée d'une saucisse au chou, autre spécialité vaudoise. 

Le papet sera offert aux Lausannois par GastroLausanne à la Place de l'Europe et la Place St-François de 11h30 à 13h30, et par GastroVaud sur d'autres places dans tous le Canton, et sera à l'honneur en plat du jour dans de très nombreux restaurants vaudois. Je serai à la Place St-François pour servir du chasselas des Vins de Lausanne en accompagnement (oui, toujours dans les bons plans, venez me faire un bec).


Mais le papet, c'est surtout un plat qui a autant de recettes qu'il y a de casseroles vaudoises. Et ça bataille et ça batoille, crème ou pas crème, saindoux ou pas saindoux, huile ou beurre, vin blanc ou vinaigre, on cuit la saucisse à part ou avec, on pique la saucisse ou surtout pas ? Parfois, il faut trancher, décider, faire fi des polémiques et enfin dire : voici MA recette du papet vaudois, ma préférée, forcément.


Ingrédients


  • 1 kg de poireaux (En fait, j'en mets toujours plus, parce qu'on ne prend pas la partie très foncée du poireau. Par contre, du vert de poireau est indispensable pour le goût, n'achetez pas des blancs de poireaux, c'est ridicule, ça coûte plus cher que des poireaux entiers avec moins de goût.)
  • 500 g de pommes de terre d'une variété farineuse faites pour la purée (C'est l'amidon des patates qui va lier le papet.)
  • 3dl de vin blanc sec (Du chasselas c'est très bien, le même avec lequel on sert le papet. Si vous cuisinez pour des enfants, de l'eau avec un peu de moutarde pour l'acidité et le goût iront très bien aussi.)
  • huile neutre (Les puristes le font au saindoux, mais je n'achète pas du saindoux rien que pour ça, donc de l'huile va très bien pour faire suer les poireaux.)
  • sel, poivre, moutarde (si, si)

Et c'est tout. Parce que la saucisse, ce n'est QUE l'accompagnement du papet, et ouais. D'ailleurs, je vais me faire lyncher, mais j'avoue préférer le saucisson vaudois, ou le boutefas, à la saucisse au chou, pour accompagner le papet. Mais les trois options ont le mérite de poser les mêmes questions : 
  1. La saucisse doit-elle cuire SUR le papet ou à part ? C'est une question de goût. Parfois, par simplicité, je la fais cuire sur le papet. Mais j'avoue que les saveurs sont plus "propres" quand les cuissons sont faites à part. Surtout quand on en cuisine trop, exprès pour faire des restes. Du coup on peut utiliser les restes de papet et les restes de saucisse de manières différentes les jours suivants.
  2. Doit-on piquer la saucisse pour ne pas qu'elle explose ? Là par contre, la réponse est claire : JA-MAIS, malheureux, on perdrait tout le bon goût de la saucisse. Pour éviter qu'elle explose c'est simple : une eau qui frémit sans bouillir (c'est-à-dire entre 75 et 80 degrés), et il n'arrivera rien d'affreux, promis.

dimanche 15 janvier 2017

Women Do Wine



Il y a un an, la truculente et adorable Sandrine Goeyvaerts, caviste et blogueuse belge, a inventé le tag #WomenDoWine pour mettre en lumière le fait que dans les très nombreuses cérémonies de prix dans le monde du vin, les femmes étaient très rarement récompensées. Ce n'est pas le cas que dans les prix, c'est le cas dans le monde du vin en général, il y a un véritable problème de visibilité des femmes dans les métiers.

La semaine dernière, après un énième prix des hommes de vin où rien n'a changé, malgré des coups de gueule bien sentis et répétés, est né le collectif Women Do Wine.
C'est encore un embryon, qui a pour ambition de devenir une association et d'organiser une cérémonie de prix organisée par des femmes, pour des femmes du vin. Cette communauté, qui a atteint les 100 membres en moins de 24h, discute à huis-clos sur un groupe facebook pour définir la suite des opérations.



Afin de les aider, il est nécessaire de lever une somme d'argent de base, afin de faire face aux frais immédiats de fonctionnement : la création d'une association, l'hébergement et la création d'un site web, la création d'une identité virtuelle, pour les actions les plus urgentes. Quand tout ceci sera constitué, on (car oui, j'en fais partie) s'occupera de l'organisation de cette cérémonie en tant que telle.

Vous trouvez ça chouette, vous avez envie de nous donner un coup de main ? On a besoin d'environ 1'500€ (afin de payer correctement une webmaster et une graphiste, plus les quelques frais pour monter une association), et on a donc monté une cagnotte : https://www.lepotcommun.fr/pot/as1rzob9

Vous avez envie de nous rejoindre ? Dites-le nous par mail : womendowine@gmail.com

Vous avez envie de suivre nos aventures ?

On est encore en train de finaliser notre FAQ, on débute sur nos documents stratégiques, donc vos questions et interrogations sur une telle association ou cérémonie de prix nous intéressent, n'hésitez pas à les poser dans les commentaires !

Merci :-)

samedi 14 janvier 2017

Ephéméride gourmand



Maintenant qu'il est sorti, je peux vous en parler ! Le Président de GastroVaud (l'association professionnelle des restaurateurs) m'a confié un très joli mandat fin 2016 car cette année, ils fêtent leur 125 ans, avec plein d'événements gourmands. (Tout sera annoncé sur leur page facebook.) Pour commencer cette année festive, ils ont envoyé un éphéméride (vous savez, ces calendriers dont on arrache une page par jour) à tous leurs membres (plusieurs milliers...) sous forme de quizz gourmand.

Et c'est moi qui l'ai rédigé, en stressant beaucoup (et en ne bloguant pas en septembre), en épuisant quelques étagères de bouquins gastronomiques comme sources et en épuisant mes potes d'apéro à force d'anecdotes que je venais de rédiger. Au final, plus de 300 questions et réponses qui tournent autour de la gastronomie, de la restauration, des produits typiquement suisses, des expressions autour du goût, mais sans se prendre au sérieux.

Je suis plutôt fière du résultat, et apparemment ça amuse ceux qui l'ont reçu !

jeudi 29 décembre 2016

Point de croix : comment débuter


Je poste régulièrement dans un album facebook mes broderies terminées, plusieurs personnes m'ont demandé de leur apprendre à broder, sauf que le point de croix, ça ne s'apprend pas, il suffit de faire une diagonale dans un sens, une diagonale dans l'autre, et pof, on a fait une croix. J'ai déjà fait un article avec des conseils pratiques pour bien débuter, où je conseille par exemple de débuter par un kit, où on n'a pas besoin de se poser la question de taille, quantité de fils, type de tissus, aiguille, etc. Et si l'exercice avec le kit vous plaît, vous pourrez passer à la suite... ce que j'ai très largement fait depuis trois ans.

Du coup je me suis dit qu'il était utile, maintenant que j'ai un peu de recul, d'écrire cet article où je détaille où acheter du matériel, où trouver des designs originaux ou comment faire les vôtres, comment broder en déplacement et quoi faire de vos broderies terminées.

Attention, c'est addictif ! Mais un des grand avantage de cette activité, une fois qu'on a aiguille, ciseaux et tissu, c'est qu'il suffit d'acheter les couleurs de fils manquantes à votre nouveau design, qui ne coûtent pas grand chose, et ne sont pas encombrantes : tout mon matériel de broderie tiens dans deux petites boîtes qui s'empilent. Par contre, quand on brode régulièrement, on finit par entasser des broderies sans savoir quoi en faire, je vous propose ici quelques solutions pour que ça n'arrive pas.