mardi 31 décembre 2013

Bruxelles Ice Magic


Dans les jours qui viennent, je vais vous inonder de billets sur Bruxelles et Amsterdam, des expos à voir, des conseils de voyage, des adresses, considérez-vous comme prévenus. (Vous les retrouverez tous dans ma page Voyages, voyages.) (Passez un bon réveillon avec Desirless !)

Je commence par Bruxelles Ice Magic, une exposition de sculptures sur glace saisonnière visible jusqu'au 9 février 2014 (et qui sera probablement reconduite l'hiver prochain). Les expos de sculptures sur glace pullulent depuis quelques années, à Bruxelles, ô comble de l'originalité, les organisateurs avaient décidé de s'inspirer de la bande-dessinée. Le principe de l'expo : une balade dans un chapiteau fermé maintenu à -6 degrés dans lequel vous passez devant plein de statues et de décors en tentant de prendre les meilleures photos possibles entre les nombreux autres visiteurs, pour la somme de 15 euros que je trouve exorbitante pour 30 minutes d'expo (mais on aurait pu y passer plus longtemps si on voulait, sauf qu'à -6, non merci). Ne venez pas si vous n'avez pas prévu des couches supplémentaires pour vous réchauffer et assez de batteries pour faire des photos (et acheter votre billet à l'avance évite de faire la file).


Les deux choses que j'ai le plus appréciées sont les décors, qui permettaient plein de points de vue différents et créaient des atmosphères assez magiques photographiquement parlant grâce aux nombreux spots de couleurs et les jeux avec les différentes "textures" de glace, transparente, opaque, entre les deux, d'un seul bloc, en briques de différentes tailles ou carrément en neige. Je regrette de n'avoir pas pris plus de photos abstraites du genre, si c'était à refaire, j'irai encore plus couverte et du coup beaucoup plus lentement.


Le côté BD quant à lui est plus un prétexte qu'autre chose. C'est amusant de reconnaître de quoi l'on parle, la BD belge est évidemment bien représentée et ça m'a amusée de voir certains héros de mon enfance en glace, mais l'impression générale dénotait plus d'un soucis de popularité que d'érudition dans le domaine.

Même Moulinsart a donné son avis apparemment !

Au final le parcours est peu étendu, mais plein de recoins qui mériteraient d'être vus plus au calme. Sauf que les spectateurs sont très nombreux et enthousiastes et que tout le monde veut sa photo parfaite. J'ai été très impressionnée par certains rendus visuels et par la dextérité nécessaire face à certaines sculptures, un peu moins par les lumières qui étaient parfois excellentes et parfois inexistantes. L'agencement des lieux est aussi très bien pensé. 


C'est bien pensé à tous les niveaux d'ailleurs, du lieu (devant le Palais), au parcours, au bar en glace qui attend les plus alcooliques courageux à la fin, au café qui attend les visiteurs congelés à la sortie. Une affaire bien rodée qui roule. Et ce côté commercial aurait pu m'horripiler. 

Sauf que j'y étais avec Armalite, Monsieur Tout le Monde et Shalf et que je pourrais faire n'importe quoi avec eux ce serait chouette et toujours trop court. (Le compte-rendu de cette expo par Armalite.)


J'en profite pour remercier Armalite pour ce magnifique snood d'anniversaire que je vous exhibe avec ma nouvelle coupe de cheveux, parfaite pour le vent bruxellois !


Et je vous souhaite une très belle année 2014, avec des rêves réalisés, une santé sans nuages et des amis aussi merveilleux que les miens !

vendredi 20 décembre 2013

See you soon


Je file à Bruxelles et Amsterdam pour quelques jours.

Si j'y arrive, je viendrai peut-être vous faire un petit billet, mais il est probable que ce ne soit pas le cas et que le prochain sera en 2014.

Les risques de turbulences flood sur Instagram sont par contre non négligeables.

Si vous avez des conseils sur le truc à ne pas rater dans l'une des deux villes dans les deux prochaines semaines (à part Brussels Ice Magic et Amsterdam Light Festival qui sont déjà au programme) n'hésitez pas !

jeudi 19 décembre 2013

Casse-tête Chinois


Casse-tête Chinois (Cédric Klapisch, fr, 2013)

Après le succès de l'Auberge Espagnole, à la suite des Poupées Russes, Cédric Klapisch convoque à nouveau son casting star, cette fois-ci à Manhattan et à l'orée de la quarantaine. Casse-tête chinois est un film prétexte. Prétexte pour parler de la quarantaine et de la paternité, prétexte pour s'amuser encore avec Romain Duris son complice de toujours, prétexte pour filmer New York. Et tant mieux, quand Klapisch s'amuse, on s'amuse avec lui et il a visiblement pris beaucoup de plaisir à faire ce film.

Faire courir Romain Duris comme prétexte à des travelling fabuleux, mettre Wendy dans les bras d'un très riche Newyorkais pour avoir une vue sur Central Park, loger Cécile de France dans un incroyable loft à Brooklyn avec vue sur Manhattan et Romain à Chinatown, Klapisch s'en donne à coeur joie. Mais la somme de toutes ces vues de la ville finissent par former une carte postale un peu vide. A quatre exceptions près, on ne rencontre pas de Newyorkais, on reste avec notre casting de "petits français" qui se retrouvent de manière un peu capillotractée tous à New York.

mercredi 18 décembre 2013

TARDIS au point de croix


D'abord il y a les très originaux DIY d'Armalite, ensuite il y a des kits avec design, toile, fil, aiguilles et explications détaillées pour débutant qui pullulent sur Etsy, enfin il y a Doctor Who partout sur la toile pour son 50e anniversaire (dont l'épisode est MY-THIQUE d'ailleurs). Le résultat de ces trois conjonctions m'a forcée à commander ce kit pour réaliser un TARDIS au point de croix.

mardi 17 décembre 2013

de se gâter


D'abord, un énorme merci à tous ceux qui ont voté pour ma whishlist sur le site d'edelweiss qui demandait autant d'infos personnelles. Vu que je n'ai pas de nouvelle de leur part et que la page a été retirée, je suppose (!) que je ne suis pas la liste gagnante. Si l'un d'entre vous a gagné l'un des trois bons offerts au votant, faites-le moi savoir, je serais plus que ravie ! Mais même si je n'ai pas gagné, j'avoue que je me suis beaucoup amusée à composer cette liste et que je n'ai pas attendu de savoir si j'avais gagné ou non pour m'offrir et offrir à d'autres certains des items qui y figuraient, comme ce coussin totoro dont la photo est en tête de cet article et qui sera bientôt sur mon canapé et celui de ma meilleure amie qui vient d'emménager.

Je suis contente d'avoir mis des artistes suisses dans ma whishlist et j'espère que certains en auront profité pour acheter ce fameux nain bétonné de Plonk & Replonk ou un goodie de la campagne Indiegogo de Sipho Mabona (une photo du rhino rose est bientôt à moi grâce à mon adorable époux).



Pour gâter les autres, Lyly la curieuse pourrais-tu m'envoyer un mail (mon adresse est tout en haut de la colonne de gauche de ce blog) avec le design de ton choix et ta taille afin que je puisse te faire parvenir le t-shirt Made For Sunita ? Tu es la gagnante de ce petit concours ! (Je suis un peu déçue qu'il n'ait attiré qu'aussi peu de monde d'ailleurs, j'espère que c'était pour une bonne raison = vous préfériez acheter ce tshirt plutôt que de le gagner ? )

Enfin, aujourd'hui, c'est mon anniversaire. J'ai gardé de mes années de célibat une très saine habitude que je vous encourage fortement à imiter : m'offrir des cadeaux à moi-même. Je m'en suis offert deux cette année, un kit pour réaliser un TARDIS en point de croix, je vous montre le résultat dès qu'il sera terminé, et des stickers pour manucure un peu particuliers. J'ai adoré me gâter en achetant sur Etsy à des gens aussi passionnés par des trucs aussi étranges que ceux que j'aime, j'ai l'impression de les gâter eux aussi !



Un dernier mot pour ceux qui m'ont fait des très jolis cadeaux et vont faire de ce jour de mes 35 28 ans, un nouvel anniversaire inoubliable : merci <3

lundi 16 décembre 2013

All is lost


All is Lost (J.C. Chandor, usa, 2013)

Un container qui flotte, la voix-over d'un homme qui dit qu'il a tout essayé, mais qu'il n'y croit plus, et qui s'excuse d'abandonner. Ce seront pratiquement les seuls mots du film. Puis un plan sur Robert Redford qui se réveille en sursaut à cause d'un fracas terrifiant. Le container vient de percer la coque de son voilier sur lequel il navigue en solitaire, il est en train de traverser l'Océan Indien et le voilà avec une coque percée.

Dans les minutes qui suit, on comprend que cet homme est un excellent marin, que son bateau est très bien équipé et qu'il sait ce qu'il fait. Aucune panique, des actions précises et efficaces, un grand sens pratique, il faut commencer par décrocher le container, puis constater les dégâts et colmater le trou béant dans la coque, pomper l'eau, faire sécher l'électronique et voir s'il peut sauver quelque chose, rebrancher l'électricité au sommet du mat. Et c'est là qu'une tempête arrive. Ce n'est que la deuxième péripétie, il y en aura d'autres. Chacune d'entre elle est potentiellement mortelle. Pour chacune d'entre elle, il agit en marin expérimenté, avec calme, malgré son épuisement et sa peur.

dimanche 15 décembre 2013

Nails are my favorite ornament


Chaque année, OPI sort une collection de Noël. Cette année, aucune surprise, du rouge, beaucoup de rouge, des paillettes, beaucoup de paillettes. La seule nouveauté est qu'elle comporte plusieurs vernis texturé Liquid Sand. Mais sans surprise ne veut pas dire sans intérêt. 

samedi 14 décembre 2013

Manucure de noël


J'ai commencé hier à vous parler des nouveautés Essence, voici celle qui m'a le plus séduite : les petits pots pour faire des manucures caviar. Qu'est ce qu'une manucure caviar ? C'est une manucure où l'on applique sur un vernis frais de toutes petites billes. Lancée au départ par la marque anglaise Ciaté (qui est la première à inventer ce genre de délires et est ensuite suivie par toutes les autres marques depuis plusieurs années), ce type de manucure a ensuite été reprise partout, jusqu'à Claire's et maintenant Essence. C'est donc vu et revu et épuisé ? Peut-être, mais ça continue à m'amuser. D'autant que gamme d'Essence comporte des petites billes multicolores et que j'avais envie de tester une "déco de sapin". Voici donc ma manucure de fête pour cette année et son mode d'emploi, vous trouverez à la fin du billet d'autres idées, peut-être plus simple à réaliser, pour des manucures thématiques.

vendredi 13 décembre 2013

Essence est cheap, mais Essence est chic


Essence est une marque allemande de cosmétiques "cheap" dont je vous parle depuis des années. Je l'aime beaucoup parce qu'elle ose vendre des trucs totalement improbables pour des poussières, ce qui permet de tester des trucs improbables sans devoir les commander je ne sais où en y laissant un rein. Alors oui, elle copie et n'invente rien, mais surtout elle réussit à le faire pour pas cher. Donc on y perd souvent en qualité... et bien pas forcément. Ses vernis sont excellents au niveau de la tenue, elle produit l'un des meilleurs top coat du marché et ses nail art tools tiennent plutôt bien la route. A quelques exception près. Et là je vais vous parler d'une exception. Essence ne fait pas que copier d'autres marques, elle est aussi très attentive à ce que font les nailistas et n'hésite pas à sortir des produits pour aider les plus néophytes à reproduire ce qu'elles peuvent voir sur les blogs les plus barrés en manucures. Exemples du jour : la manucure "journal" et la manucure "boule à facettes".

jeudi 12 décembre 2013

Parfum d'épices


Le charmant Jérôme de Parfum d'épices m'a invité à tester un de ses ateliers et je le remercie, comme vous allez le voir, c'était un moment exceptionnel où j'ai appris des tonnes d'astuces et de savoir-faire. Pour l'instant, ces ateliers de découvertes (et confection) d'épices ne sont proposés qu'en groupes (pour des amis ou du team bulding d'entreprise), mais Jérôme réfléchit à la possibilité de les organiser différemment, nous étions là pour tester son nouveau format.

mardi 10 décembre 2013

Made for Sunita


Il y a deux ans, je vous proposais d'offrir chèvre, poules ou tas de briques pour noël (c'est toujours possible !), cette année, je vous propose de gagner un cadeau, pour vous ou l'un de vos proches. Ce cadeau est un t-shirt "Made For Sunita", la dernière action de Terre des Hommes pour lutter contre l'exploitation des enfants. Le travail de Terre des hommes consiste à sensibiliser l'opinion ici et là-bas concernant, et d'aider ainsi ces enfants à regagner les bancs des écoles afin de se garantir un meilleur futur.

Chaque t-shirt coût CHF 29.-, dont CHF 14.- sont reversés directement à Terre des Hommes (et CHF 1.- à la Fondation Switcher). Les t-shirts produits sont estampillés du label de la Fair Wear Foundation, qui garantit, entre autre, aucun travail fourni par des enfants (mais aussi des conditions de travail sans discrimination, un salaire et des horaires dignes, etc.). Vous pouvez aussi les acheter directement.


Mais comme je vous l'annonçais, je propose à l'un d'entre vous d'en gagner un. En le portant et en en parlant autour de vous, vous aidez déjà l'action de Terre des Hommes à se faire connaître. (Et en plus je les trouve vachement beaux ces t-shirts !). Pour jouer, c'est simple, il suffit de répondre à la question suivante dans les commentaires :
Combien d'enfants Terre des Homme aide-t-elle chaque année ?
En donnant la réponse à cette question (que vous trouverez sur le site de l'action) et en n'oubliant pas de m'indiquer une adresse email valide dans le formulaire du commentaire, vous participerez au tirage au sort et pourrez donc gagner un des t-shirt ci-dessus. (Tout le monde peut participer, si c'est en Suisse, Terre des Hommes vous enverra directement votre t-shirt, si vous êtes en Europe, je m'en chargerai. Je prendrai en compte les participations jusqu'au dimanche 15 décembre et vous donnerai le nom du gagnant ici-même lundi 16 décembre.)


L'important est évidemment de parler de cette action, n'hésitez donc pas à relayer mon article ou le site Made For Sunita. Vous pouvez également faire un don directement. Avec CHF 100.-, par exemple, Terre des Hommes finance une année entière de scolarité pour un enfant.

mardi 3 décembre 2013

With a little help from my friends!


Le magazine Edelweiss m'a proposé (ainsi qu'à 16 autres blogueurs suisses) de composer une whishlist pour vous donner des idées de cadeaux. J'ai fait le choix d'une whishlist ludique et colorée et j'espère qu'elle vous plaira / donnera des idées.

Et ce qui serait super-choubidou de ta part, ce serait de voter pour moi, la LISTE 7, ici : http://www.edelweissmag.ch/concours/mode/concours-wish-lists-blogueurs-votez-et-gagnez-lun-des-3-bons-globus-dune-valeur-de-500 

Le formulaire est un peu intrusif (Il vous demandera votre nom complet, votre adresse postale et votre email. Rien ne précise dans aucun règlement visible que les votes ne sont possibles que depuis la Suisse.), mais je serais hyper hyper hyper ravie que tu fasses partie des trois gagnants d'un bon de CHF 500.- chez Globus. (Si ma liste obtient le plus de votes, je gagnerai également un bon de CHF 500.- qui me permettra de m'acheter le KitchenAid turquoise dont je rêve depuis longtemps !)

Comme la whishlist n'est pas très lisible sur le site d'Edelweiss (à mon sens), je l'ai reproduite sur un board Pinterest où tu pourras voir les objets et leurs descriptions en détail.

Merci d'avance pour vos votes et n'hésitez pas à partager le lien de ce billet partout où vous pouvez !

©Sipho Mabona Origami
PS : L'artiste origami qui fait le magnifique rhinocéros fuchsia de ma whishlist s'appelle Sipho Mabona. Il projette de plier un éléphant grandeur nature dans un musée près de Lucerne et a un Indiegogo en court pour financer cette folie. Les goodies sont aussi sympas que l'artiste.

PS 2 : Dans mon envie de promouvoir l'art suisse, tu auras aussi reconnu dans ma liste le fameux nain bétonné de Plonk & Replonk.

lundi 2 décembre 2013

Les Garçons et Guillaume, à table !


Sur le papier, Les Garçons et Guillaume, à table !, n'allait pas forcément m'emballer. C'est un film de Guillaume Gallienne, sur Guillaume Gallienne, interprété par Guillaume Galienne dans deux rôles, adapté d'une pièce de théâtre de Guillaume Gallienne jouée par Guillaume Galienne. Pourquoi irais-je voir un tel tripotage de nombril ? Si vous vous dites la même chose je comprends, mais lisez la suite et laissez-moi vous faire changer d'avis.

Les Garçons et Guillaume à table n'est pas un film sur une pièce de théâtre, c'est un film-pièce de théâtre, un dispositif très élégant tant pour qui aime le cinéma que pour celui qui aime le théâtre (ce qui est rarement le cas, sauf quand on s'appelle Kenneth Branagh). Guillaume débute et termine sur scène. Et il nous guide avec son monologue devenu voix-off durant toutes les scènes du film qui passent ainsi tout à fait naturellement de l'une à l'autre sans soucis chronologique ni problème de réalisme. A aucun moment du film le fait qu'il incarne le rôle de Guillaume à 12 ans et 25 ans ne pose de problème. Ni quand il incarne la mère de son protagoniste, au contraire. Le procédé théâtral nous permet de passer d'un univers à l'autre dans une totale liberté avec une très grande fluidité, ce qui rend le procédé encore plus élégant et éloquent (Edit : la monteuse du film a emporté le César 2014 du Meilleur Montage, mérité). Pour ne rien gâcher, c'est très joliment mis en image, en particulier au niveau de la lumière et des décors. Quant au travail du son, tant dans la voix-off exceptionnellement maîtrisée, émouvante et drôle, que pour la musique qui nous propulse immédiatement dans des ambiances qui peuvent être diamétralement opposées d'une seconde à l'autre.