samedi 29 décembre 2012

Akyado


AKYADO est une marque de vernis à ongle suisse. Mavala n'est plus la seule helvète des tiroirs de mon Helmer (ne cherchez pas trop loin, c'est juste le petit nom suédois de mon meuble à vernis)Je l'ai appris par le Nail Bar qui vend désormais cette marque et qui m'a fait le plaisir de m'offrir deux vernis et une crème pour les mains afin que je puisse tester pour vous. J'ai testé les teintes Nara (un nude foncé) et Te quiero (un rouge vif) ainsi que la crème Crumble (orange cannelle). Pour la crème d'abord, à part que j'ai complètement oublié de la prendre en photo, j'aime beaucoup son flacon, tout rond, agréable dans la main, mais pas du tout pratique pour finir la crème (je n'en suis qu'au début) ou pour la ranger (photo ici pour les curieux). Mais son odeur "noël dans un petit flacon" (Joe, si tu me lis) (oh, ça va hein, on a les références qu'on peut, et puis il y a tout dans Friends, TOUT) me plaît beaucoup, elle est donc dans mon sac (où du coup sa forme étrange est parfaite pour être retrouvée facilement).

vendredi 28 décembre 2012

Le restaurant Quatre Saisons de l'Hôtel Cailler


Mon époux et moi fêtons nos anniversaire à quelques jours d'intervalle, en décembre. Nous avons décidé de nous offrir chaque année une bonne table à cette occasion. L'année dernière c'était à Bruxelles, chez Max, Garçon coiffeur, cette année nous avons choisi la Gruyère. (Pour les lointains : la Gruyère est une région où sied la ville de Gruyères et qui produit le fameux fromage gruyère AOC qui n'a PAS de trous.) Plus précisément à Charmey, à l'Hôtel Cailler (oui, comme le chocolat). L'Hôtel Cailler a deux restaurants, dont le Quatre Saisons, classé 14/20 au GaultMillau 2013. Son autre particularité ce sont les Bains de la Gruyère, mes bains thermaux préférés en Suisse Romande. Et pour en rajouter une petite couche avant que je vous parle de nos assiettes, Charmey c'est ça :


jeudi 27 décembre 2012

Ernest et Célestine

Dessin de Gabrielle Vincent

Ernest et Célestine (Stéphane Aubier, Vincent Patar, Benjamin Renner, France, 2012)

Comme de nombreux trentenaires, Ernest et Célestine représente une très jolie partie de mon enfance, parmi mes albums favoris. J'avais d'ailleurs une peluche que j'avais appelé Célestine et je pense que mon prochain rhinocéros s'appellera Siméon. Bref, Ernest et Célestine j'en connais les histoires, les personnages, les traits, les couleurs, les ambiances et même la musique (oui, le violon d'Ernest a toujours su retentir à travers les pages). Ma soeur garde précieusement les albums pour ses enfants qui ont déjà vu le film, je ne pouvais pas ne pas y aller.

More Than Honey


More Than Honey (Markus Imhoof, Suisse, 2012)

Partout dans le monde, les abeilles européennes souffrent de parasites, bactéries et autres maladies mortelles qui font craindre pour la survie de l'espèce. Pour nous en parler, le réalisateur de ce film nous promène des pâturages bernois aux industriels champs d'amandiers californiens, de l'intérieur d'alvéoles de ruches aux essaims sauvages australiens, des vergers chinois pollinisés à la main au mur entre les Etats-Unis et le Mexique. Il nous présente des apiculteurs de montagne, des spécialistes du cerveau de l'abeille (si, si), des apiculteurs industriels itinérants, des commerçant de reines (oui, apparemment, on peut envoyer une ruche par la poste, et sa reine par petite enveloppe bulle séparée), des biologistes, des pollinisateurs, etc.

mercredi 26 décembre 2012

Où James Bond ne me convainc qu'à moitié


Je vous présente Bond... James Bond de OPI. J'avais déjà craqué sur le coffret des mini de la collection Skyfall, OPI a également fait des vernis magnétiques. J'avais été mitigée avec mon essai de vernis magnétique Isadora. J'ai vu plusieurs aimants et vernis magnétiques dans d'autres marques sans craquer, mais ce James-là, je n'ai pu le laisser sur son étagère, il me voulait, je le voulais, c'était écrit. (non, je ne suis pas hystérique, pas du tout, pis j'avais un bon cadeau, du coup c'était presque abordable pour un vernis qu'on utilise qu'une seule fois, pis j'ai pas de comptes à vous rendre, arrêtez maintenant)

mardi 25 décembre 2012

Manucure caviar... ou presque


Depuis quelques mois, la nouvelle folie des nailistas c'est la Caviar Manicure. Lancée par une marque anglaise presque confidentielle à l'époque, aujourd'hui Ciaté est devenue la marque à suivre pour les tendances vernis. D'ailleurs la prochaine tendance c'est la Velvet Manicure, pas sûre d'accrocher pour ma part, mais l'idée de "poudrer" le vernis frais pourrait donner des choses intéressantes dans le recyclage de fards à paupières...

Pour traduire : la manucure caviar c'est pour qualifier ces minuscules petites perles qui recouvrent un ongle. Evidemment, d'autres marques ont copié Ciaté (et ça tombe bien, parce que ça permet de tester à peu de frais) et sorti leurs propres kits "caviar" qu'ils appellent autrement, bien sûr. On pourrait comparer ça aux H&M et autres Zara/Mango qui vous sortent des pièces presque identiques, juste un peu plus cheap, que ce que l'on a vu sur les podiums quelques mois plus tôt. A la différence près que pour les ongles, la différence de qualité entre la "haute couture" (= Ciaté) et le plus cheap (= Claire's, H&M, Essence, etc.) n'est pas énorme, voie même parfois inexistante. J'avais déjà parlé de mon énervement face à certaines marques (Chanel, Dior) qui se permettent de vendre un vernis à CHF 30.- voire plus alors que la qualité est médiocre. En vernis, la vraie différence se fera plutôt entre les marques spécialisées en vernis (OPI, Essie, Ciaté, ...) et les marques qui font d'autres choses. Ce sera toujours mieux chez ceux qui ne font QUE du vernis, mais certaines marques de maquillage sortent leurs épingles du jeu (Revlon, Essence, par exemple). Mais bref, ici, j'ai testé l'imitation de la manucure caviar avec le set Nail Pearls de Claire's.

samedi 22 décembre 2012

Un clic pour le Royal


Je vous avais déjà parlé de ce très joli cinéma de Sainte-Croix lors de la journée de dégustation-projections gourmandes cet été. La personnalité clé qui fait vivre ce lieu s'appelle Adeline Stern, elle organise des soirées thématiques, des rencontres avec des réalisateurs et plein d'autres événements qui font de ce cinéma un lieu important pour toute une région malheureusement en pénurie de salles.

Bien qu'éloigné de "la plaine", le Royal réussit à remplir sa salle régulièrement et à conserver une programmation digne de ce nom dans le Nord Vaudois. C'est probablement pour ça qu'Adeline a été nommée par La Région dans les personnalités de l'année (du Nord Vaudois) 2012. Avec elle, 9 autres nommés, tous des hommes...

Vous m'aider à faire un peu de pub pour ce fabuleux lieu (et à faire gagner la seule femme du lot) (accessoirement ma belle-mère chérie) ?

Il suffit d'envoyer un mail à : resultats@laregion.ch

En indiquant que vous votez pour Adeline Stern et votre nom, prénom et adresse.

Merci !

mercredi 19 décembre 2012

Le Fraisier


Le Fraisier est un tout petit espace dans une toute petite rue (juste en dessus de l'ancien Uchitomi où l'on peut maintenant s'asseoir pour manger d'ailleurs, soit dit en passant), ce côté mini donne immédiatement envie de le qualifier de mignon. Décoration de bric et de broc où l'on voit le soin donné à la sélection de chaque objet, de chaque détail, de la lumière, des couleurs, des formes, un régal. Et c'est pareil pour les assiettes.


lundi 10 décembre 2012

The We and the I


The We and the I (Michel Gondry, usa-gb, 2012)

Certains courent au nom de Michel Gondry (c'est mon cas), d'autre rechignent, ils ont aimé Human Nature ou Eternal Sunshine of the Spotless Mind ou encore la Science des Rêves, mais pas Be Kind Rewind ou The Green Hornet (pour ce dernier, je ne peux leur en tenir rigueur). Ils pensent à ce réalisateur maître du papier mâché qui joue avec les illusions et aime mettre en scène les scénarios tordus. Mais beaucoup ne savent pas que Michel Gondry est également réalisateur de documentaires, c'est en espérant qu'il serait plus proche de cette ligne-là que j'ai été voir The We and the I.

jeudi 6 décembre 2012

Happy Days


Dans ma quête du burger lausannois, j'ai testé celui du Happy Days. A la carte, quatre burgers : le Classic (160gr de boeuf, sauce tomate, oignons frits, tomate fraîche ; CHF 12.-), l'American (avec bacon ; CHF 13.-), le Mexican (avec guacamole et sauce piquante ; CHF 13.-) et le Fonzy (double burger avec oeuf et bacon ; CHF 22.-), on peut ajouter du fromage (+ CHF 1.-). Avec chacun d'eux on peut choisir une portion de frites (CHF 4.-) ou une petite salade (CHF 5.-) ou les deux en guise d'accompagnement. A l'heure de l'apéro, le Happy Days propose aussi 6 minis-burgers (CHF 12.-). Ils ont également une petite carte avec plusieurs entrées et plats pour ceux qui n'aimeraient pas les burgers (les fous) et un plat du jour différent tous les midis. Le lieu est agréable, la musique sympa avec volume modéré, le service peut être un peu débordé à l'heure de pointe mais très souriant.

Bon, tout ça est très bien, mais que vaut le burger ? Et bien c'est carrément décevant. D'abord il est présenté dans une de ces poches en papier façon sandwich à emporter, ça fait pas envie. Ensuite, rien, mais alors vraiment rien, de particulier. La viande n'est pas mauvaise, bien cuite et généreuse, mais bof quoi, le fromage n'a pas de goût (mais n'est pas désagréable), la tomate crue n'a pas de goût non plus, le pain tient bien mais est sans intérêt. Un gros bof donc. A part que c'est copieux et pas très cher. Les frites sont également quelconques, comme dirait Monsieur Tout-le-Monde "c'est pas mauvais pour du surgelé".

Quand on est dans la même rue que le Holy Cow et que le Zoo Burger, il faut faire mieux que ça. Mais pourquoi pas les mini-burgers en apéro...


Pas pu résister.

mercredi 5 décembre 2012

Manucure de Noël


Hier je vous montrais les charmants GoldenEye et The Spy Who Loved Me de la dernière collection OPI, ce rouge et ce doré dont tellement Noël que je n'ai pas résisté à en rajouter un peu. J'ai reproduis fidèlement (à quelques détails près, c'est comme les recettes, je suis incapable de ne pas modifier quelques trucs, c'est plus fort que moi) le tuto Sapin de Noël de Pshiiit (oui, encore elle).


mardi 4 décembre 2012

Skyfall by O.P.I.


Entre OPI et Hollywood c'est une longue histoire d'amour. De très nombreuses collections sont inspirées de films ou de stars hollywoodiennes. On fait pas dans la dentelle, c'est toujours du très bankable. Cette fois-ci c'est le dernier James Bond qui a eu droit à sa collection et bien que dubitative devant les premiers visuels, j'ai encore une fois succombé au coffret de mini-vernis.