mercredi 30 novembre 2011

Cette année, j'offre une chèvre


Chaque année la course aux cadeaux de Noël m'ennuie. J'adore faire des cadeaux, je n'aime pas être obligée d'en faire à une date précise, à des gens qui n'ont pas d'envies ou de besoins spécifiques (ou qui ne savent pas les exprimer) et à qui j'ai l'impression d'avoir déjà tout offert, c'est en particulier le cas pour ma famille ou à moins de trouver une idée vraiment originale, je finis en général par offrir des livres, ce qui est sympa mais entre celui qui me dit qu'il en a trop à lire et celle qui a tout lu, je n'ai pas l'impression de vraiment faire plaisir. C'est différent avec les enfants, évidemment.

Alors cette année, j'ai décidé de faire dans l'inédit et j'espère que ça leur plaira. Pour mes parents et mes beaux-parents, j'ai acheté :


C'est super simple, en quelques clics vous choisissez vos cadeaux (entre 22.- pour une marmite de soupe et 750.- pour une épicerie villageoise), puis vous terminez votre commande en entrant votre adresse. Quelques jours plus tard, par courrier, vous recevez la facture et le(s) certificat(s) que vous pourrez offrir à vos proches pour leur expliquer leur cadeau. Si ça vous intéresse, quand je les reçois je les prendrai en photo pour vous montrer.

L'EPER est certes une ONG à tendance protestante, mais j'ai une totale confiance dans le fait que cet argent sera investi exactement où il est prévu qu'il allait être investi. Et même si Noël pour moi n'a d'autre signification que de perpétrer le mensonge du Père Noël pour mes neveux et ma nièce, cette année, je suis plutôt fière de moi. J'espère que mes proches apprécieront (et qu'ils seront surpris, mais je compte un peu sur leur désintérêt total pour ce blog, à part Petite Soeur Chérie à qui j'offre autre chose parce qu'elle est pas encore vraiment adulte, malgré ses talents maternels, donc j'ai bon espoir).

Si vous connaissez des possibilités similaires en France et en Belgique, n'hésitez pas à partager vos adresses dans les commentaires ! Pour ma part je ne peux que vous recommander vivement la Z.O.B. j'ai vu leur travail de mes yeux et je rêve de recevoir un zébu !

Et vous, ça vous tente ?


EDIT : Pour les belges, Sylvie me signale ci-dessous qu'il y a la même chose (ou presque) chez OXFAM. On cherche toujours pour la France, parce qu'un cd des Enfoirés c'est vraiment trop dur.

dimanche 27 novembre 2011

Sirène au bout des ongles


Certaines vont me dire que les sirènes, ce n'est pas de saison, mais moi j'ai envie de bleu toute l'année. Dilemme résolut par cette manucure : un dimanche de rienfairitude seule à la maison -ce qui risque de ne pas m'arriver avant l'année prochaine- et l'envie d'avoir des ongles présentables pour mon prochain rendez-vous avec Armalite. Il me faut donc une manucure qui tienne. Solution : pleins de couches, des stickers à motif et des paillettes. Résultats : des vagues, des bleus et des écailles.


samedi 26 novembre 2011

A cause des garçons

(Détail d'une photo de Saul Leiter, une "blogueuse" d'avant les blogs ?)

Je l'ai glissé dans ce blog, en allusion plus ou moins discrètes (sachant que la discrétion n'est PAS ma principale qualité) depuis quelques semaines, alors soyons clairs : je ne suis plus célibataire. Lui est entré dans ma vie de manière tonitruante et délicieuse. Voilà. Mais ce n'est pas ce dont je vais vous parler aujourd'hui. Après quelques années difficiles pour mon moral et mon égo, ces derniers mois, et donc en particulier ces dernières semaines, ce même moral remonte en flèche.

Je vous racontais, il y a quelques semaines, en vous présentant ma coiffeuse, que j'aimais particulièrement ce rituel matinal, où je m'asseyais dans le calme en me maquillant et que ça me permettait de me construire une sorte de barrière pour mieux supporter le monde extérieur. Les rituels sont souvent importants dans des périodes de déséquilibre. Dans cette période où je me sens plus sereine et en phase avec moi-même, certains de ces rituels perdent de leur utilité et je me redécouvre sans maquillage.


vendredi 25 novembre 2011

Je suis une fille très obéissante

Ma douce amie et maîtresse ès #gravelax, aka Nekkonezumi jolie, m'a proposé, à cause d'un certain tambour, de répondre à quelques questions, façon porc très chinois. Et comme je suis une fille très obéissante quand je veux, je m'exécute.

1 – une danse

Celle des feuilles mortes dans le vent d'automne, celles des vagues qui frappent une falaise, celle des nuages dans un ciel bleu ou encore, celle d'un sac en plastique façon American Beauty.







2 – un son

Le rire de ma nièce.




3 – un rire


Celui que l'on partage, en osant être crétins à deux nus dans un lit parce qu'on est en toute confiance, celui qui se partage avec des amis en partant dans un énorme fou-rire dont on se souviendra à peine la source le lendemain, celui qui vous surprend au détour d'une image, d'une phrase, d'un dialogue et explose en éclats.



4 – un film


C'est la pire question pour moi, quoi que je réponde, 1h après avoir publié ce billet, j'aurai une autre idée. Alors on va rester, simplement sur un film culte et une mélodie qui me trotte dans la tête pendant des semaines à chaque fois que je le vois. (Et en passant, Terry Gilliam, je t'aimeuuuuhhhh. Voilà, il fallait que ce soit dit.)




5 – un gri-gri

Mon Iphone. Oui, je sais. Mais je me suis rendue compte en l'oubliant à la maison l'autre jour, que depuis  12 mois qu'il m'accompagne, il ne s'est jamais éloigné de plus de 2m de moi, et ça ne va pas en s'arrangeant. Bon, évidemment, c'est en attendant la prochaine révolution de la pomme.


6 – un mensonge

Un sans importance, qui permet de ne pas blesser quelqu'un en lui disant une vérité trop crue.



7 – posé sur ma table de chevet


Jon Snow Une lampe avec une jolie lumière, une PAL -qui stagne depuis des mois pour cause de Georges R.R. Martin, mais comment lui en vouloir ?-, un réveil à pile (même si je ne l'utilise plus pour me réveiller, au cas où), des boules quiès, et une boîte secrète.


8 – une époque

J'aurais voulu avoir 20 ans en 1905. Bon, soyons clair, si possible d'une famille très éduquée et pas fauchée qui se serait intéressée à la photographie dès mon enfance, j'aurais voulu être une "opératrice Lumière" et sillonner le monde en tournant ma manivelle.


9 – une gourmandise

... au chocolat. Parce que je suis une salée (attends, tu vas comprendre) et que quand je m'octroie du sucre, c'est que j'en ai vraiment vraiment envie, mais du coup, un tout petit morceau me suffit. Et si tu veux plus de précision, je serais une ganache de Chez Bertrand, rehaussé de sa fleur de sel. Croquée en une bouchée, je la laisse ensuite fondre dans la bouche et j'ai du mal à m'empêcher de faire ma Meg Ryan (vous savez, la fameuse scène où elle simule un orgasme dans un restaurant), sauf qu'on est réellement pas loin, de l'orgasme, buccal. (Je sens que cette dernière phrase va encore m'attirer des mots clés passionnants, hum.)



10 – une machine agricole


Elle fonctionnerait sans essence et aiderait à planter et récolter des légumes locaux, en pleine terre, en plein air, sans engrais ni pesticides chimiques. Dis, d'ailleurs, tu connais ras la fraise ?
_______________________________

Je profite que Nekkonezumi chérie ait oublié de proposer à Armalite de jouer pour le faire (même si elle déteste ce genre de questionnaires). Et j'ajoute Julia, la Sandale et Fraise des bois, ça vous fera bloguer un peu, feignasses ! (© Armalite) Et si ça tente d'autres d'entre vous, n'hésitez pas, c'est amusant. 
Voici les thèmes que je vous propose :


1 - une époque
2 - une ville
3 - un moyen de transport
4 - un fruit ou un légume
5 - un dessin animé
6 - un plaisir coupable
7 - un restaurant
8 - un objet de ta salle de bain
9 - une boisson
10 - un héros/une héroïne

Collections Big City Life de Catrice et Vampire's Love de Essence


Petit post sans beaucoup d'intérêt pour la plupart d'entre vous, mais ça faisait longtemps que je ne vous avais pas fait part des nouveautés de Essence (et il fallait que je lâche une peu mon nombril) et cette fois-ci la marque a vraiment sorti une collection très intéressante. Elle en fait une pour chaque sortie Twilight, cette année, à l'inverse du film, je la trouve très réussie. Elle est composée de 5 vernis à ongles, d'un parfum (non, je n'ai pas senti), d'une palette de fards et d'une poudre. Mais ce qui me paraît surtout intéressant ce sont trois produits plus originaux, je les ai disposé en dessus des vernis sur le présentoir, n'hésitez pas à agrandir la photo en cliquant dessus.

jeudi 24 novembre 2011

A bout de soufre


Edit : A bout de soufre de fin 2011 n'est plus. Jérôme officie maintenant au Selecto où il vous conseillera les meilleurs crus pour vos plats. Quant au chef, il a apparemment changé ses pénates également. Je garde ce billet en souvenir néanmoins.

Un dernier billet pour un lieu particulier, celui que j'ai préféré à Bruxelles. Oui, j'ai aussi beaucoup apprécié L'Amour fou, les Brassins, le Cook & Book, l'Ultime Atome, le Comptoir FlorianLes Gens que j'aime, La Bécasse, le Milk Bar, au pays des merveilles, etc etc etc. Mais A bout de soufre a été un vrai coup de coeur. Non, la déco n'est pas exceptionnelle, juste de bon goût et sobre, du bois, un vrai zinc, des bouteilles. Ce n'est pas très grand (pensez à réserver), mais particulièrement chaleureux. Aucune frime ici, que de l'authentique.


Autour de vin naturels (sans adjonction de soufre) ou bios, dont parle avec passion le charmant patron, le non-moins-charmant chef vous propose une carte exceptionnelle. Non elle n'est pas longue comme le bras, elle se composera la plupart du temps de quelques entrées et plats à choix, qui changent pratiquement tous les jours, selon la saison et les envies du chef ou les arrivages surprises de vanille.


Après quelques rillettes sublimes sur un pain délicieux, j'y ai dégusté un velouté de céleri -le chef aime les légumes et ils le lui rendent bien, j'en ai l'eau à la bouche rien que d'y repenser-, une demi-langouste sur un lit de poireaux au lard (j'ai léché mon assiette, je suis insortable), un  sublime poisson à la sauce vierge, tombée d'épinards et sa purée (aaah cette purée, aaaaaah cette sauce vierge aux caprons) et un simple (hum) rôti de cochon de lait avec ses légumes. (En deux repas, rassurez-vous, pas le même soir.)

 

TOUT était sublime, le respect des produits et des saisons et des assaisonnements réfléchis pour mettre en valeur les accords sans jamais se laisser aller à la facilité de l'esbroufe m'ont séduite définitivement. Le caractère des deux personnages du lieu ont finit de me conquérir.

Si vous allez/êtes à Bruxelles et que vous ne connaissez pas encore, je ne sais pas ce que vous attendez, hop, on réserve. (Ouvert du lundi au vendredi dès 11h, +32 2 537 27 00, 11 rue Tasson-Snell, contact@aboutdesoufre.com) (Bon, si tu n'aimes pas DU TOUT le vin, euh, comment dire... par contre pour les amateurs de desserts, des papilles en lesquelles j'ai toute confiance m'ont vanté le moelleux au chocolat comme le meilleur de la ville.)


EDIT : j'y suis retournée avec Armalite et j'ai enfin eu assez faim pour goûter le fondant au chocolat, un seul adjectif : criminel.

mercredi 23 novembre 2011

La Mer du Nord


Quand j'étais enfant, ma mère m'a souvent emmenée en vacances aux Pays-Bas, au bord de la Mer du Nord, cette mer que j'ai appris à aimer grise, avec un temps venteux et une légère bruine. J'étais donc absolument ravie ce jour-là, en arrivant à Ostende, car c'était le temps parfait pour apprécier ces superpositions de gris dont je rêvais. Bon, en même temps, parler de gris en parlant d'Ostende ce n'est pas très original, jusqu'à preuve du contraire, le béton, c'est gris. En plus, ils n'ont rien trouvé de mieux que de faire des travaux, sur TOUTE la longueur de la plage, ce qui est vraiment bien pensé, pour une ville touristique, un week-end prolongé, cette planification à la belge est vraiment, comment dire, surréaliste.

mardi 22 novembre 2011

Bruxelles


Je ne sais pas comment parler de cette ville. Je tente de trouver un angle depuis des jours sans y arriver. Et puis j'ai compris. D'habitude, quand je visite une ville, je prépare mon séjour en cherchant des lieux insolites qui me séduiront à coup sûr, je me renseigne sur les expos, j'apprends à me déplacer et la géographie du lieu avant d'y arriver. Et cette fois-ci non, je me suis laissée guider pendant 10 jours. Je pourrais vous parler du fait que j'ai excellemment bien mangé et vous donner toutes les adresses que j'ai testées, mais il existe des centaines de blogs bruxellois qui font ça bien mieux que moi. Je pourrais vous parler des lieux que j'ai préférés, mais c'est personnel sachant que je n'ai vu ni la Grand Place, ni le Manneken Pis, ni ses comparses, ni l'Atomium, c'est un peu léger... (Je vous rassure, j'ai mangé des frites et bu trop de de la bière, l'honneur est sauf.)

Edit décembre 2013 : entre temps je connais mieux Bruxelles, vous trouverez tous mes billets ici. Dans ce billet, je montre des photos principalement d'Ixelles, quelques bonnes adresses (dont certaines sont en photo plus bas) :
- Les Brassins : nourriture de brasserie délicieuse, lieu très chaleureux, on en ferait sa cantine
- l'Ultime Atome : café bar à l'ambiance délicieuse et à la terrasse charmante
- l'Amour Fou : phénoménal carte de burgers, mais attention, le niveau sonore monte très vite durant la soirée
- Comptoir Florian : salon de thé où l'on passerait des heures à siroter des grands crus (thé et café) et à manger des tranches de cakes, la déco est géniale (ils ont aussi une adresse au centre ville)
- Frit'Flagey : la meilleure friterie de la ville, sans doute possible
- le Supra Bailli : bar où tout est en bois, où les bières sont bien servies dans le bon verre et où on passerait des heures
- Chez Max Coiffeur Pour Hommes : un excellent restaurant, où l'on voit Max en cuisine depuis la salle, où les vins sont natures et où ce que l'on a dans l'assiette et dans le verre reste dans la mémoire des années


Donc, pourquoi en parler ? Parce que j'ai des photos à partager et que j'ai vraiment adoré cette ville, et puis pourquoi pas hein, au pire vous n'avez qu'à pas lire. Donc on va faire un inventaire visuel, parfois commenté, dans le désordre et je répondrai volontiers à vos questions. Et je ferai tout de même un billet sur un lieu particulier et un billet sur notre escapade au bord de la mer. Prêts ? Je vous emmène. (Toutes les photos sont évidemment visibles en plus grand, suffit de cliquer dessus comme d'hab, on va dire que je vais arrêter de vous dire ça, ok ?)

lundi 21 novembre 2011

Liste au Père Noël, saison 3

(la véritable lettre de mes neveux et de ma nièce, vous remarquerez les incroyables talents de dessinatrice de Petite Soeur Chérie, au moins aussi douée que moi, la dernière fois que Numéro 2 m'a demandé de lui dessiner un camion, il a décrété que non, ce que je dessinais était définitivement un éléphant, pas DU TOUT un camion, petit ingrat)

Comme chaque année, je réponds à la tradition de la lettre au(x) Père(s) Noël, il y a déjà eu la saison 1 et la saison 2, et ça m'amuse beaucoup de les relire parce que je me souviens exactement des états d'esprit dans lesquels je les avais écrit. C'est donc un billet profondément nombriliste (z'avez vu mon nouveau tag ?), mais qui pourrait vous amuser et vous donner quelques idées de  cadeaux à vous offrir à vous-même, comme cette broche rhino que je me suis offerte :

dimanche 20 novembre 2011

Manucure Movember


Je cherchais comment agrémenter le toujours aussi sublime Jade is the New Black, un de mes premiers O.P.I.,  un des plus beaux vernis de ma collection et je suis tombée sur cette réalisation de Pshiiit. Sauf que je suis beaucoup moins douée pour dessiner des motifs à main levée qu'elle. Quand il s'agit de poser des points côté à côte, ok (j'avais déjà volé la manucure nuage chez elle), mais dessiner des moustaches... quel défi !

samedi 19 novembre 2011

Twilight Breaking Dawn - un film pro-ana et anti-avortement


Twilight - Breaking Down (part 1) (Bill Condon, usa, 2011)

J'ai vu les trois premiers épisodes, en hurlant souvent de rire, aaaaah cette peau de diamant et ces champs de fleurs en Alaska, impayables. Je m'apprêtais donc à aller passer un excellent moment au cinéma, non pas devant un grand film, mais devant un navet total où j'allais pouvoir passer plus de deux heures à détruire ce film aux adolescentes en rut ne savent pas si c'est Edward ou Jacob qui fait le plus mouiller leurs culottes.

jeudi 17 novembre 2011

Bidouille et Violette


Bidouille et Violette est une série BD crée par Hislaire entre 1978 et 1983 que j'ai dévoré en long, en large et en travers de très nombreuses fois entre 8 et 12 ans. Une histoire qui m'a marquée plus que je ne pensais. Dernièrement, j'y ai repensé avec un sentiment d'urgence, il fallait que je me replonge dedans. J'ai de la chance, mon père et ma soeur ne sont pas comme moi, ils gardent tout et j'ai donc pu remettre la main dessus. Chaque illustration de ce post mérite d'être vue en grand, j'espère que vous succomberez au charme d'Hislaire, parce que j'ai un défi à vous proposer à la fin de ce post !

mardi 15 novembre 2011

Trousse de voyage - 2 les soins


Retour dans une salle de bain mal éclairée, avec comme seule possibilité de poser vos produits, un lavabo le but est d'avoir tout ce dont vous avez besoin sans rien d'inutile, avec des formats, des emballages et des textures qui vous conviennent. Hier, je vous ai présenté ma trousse de maquillage, vous pouvez remarquer ici qu'elle entre parfaitement dans ma trousse de toilette. Détaillons le reste.

lundi 14 novembre 2011

Trousse de voyage - 1 le maquillage


Retour vers des thématiques filles, avec deux billets pratiques, aujourd'hui la trousse de maquillage de voyage et demain, la trousse avec les produits de soins. Mes solutions ne serviront pas à toutes, mais peut-être que certaines de mes idées pratiques vous plairont, je me réjouis de lire les vôtres. 

Depuis que je me suis installé un coin coiffeuse à la maison, me maquiller dans la salle de bain me paraît une corvée. La lumière est mauvaise, les produits sont entassés, bref, le plaisir du moment n'existe plus, mais en voyage, quelle que soit la raison, on a souvent particulièrement envie d'être à son avantage. Je résous ces contradictions en tentant d'optimiser la trousse parfaite : le plus d'effet avec le moins de produits. Détaillons avec des photos prises à la va vite dans une mauvaise lumière, pour vous mettre dans l'ambiance (hum) (oui, bon, ok, j'ai surtout fait ça parce que certaine de mes lectrices me traite de feignasse de ne pas bloguer).

dimanche 13 novembre 2011

Movember chez Holy Cow


Chaque année en novembre, de nombreux hommes se laissent pousser la moustache afin de mettre l'accent sur certaines maladies masculines, comme le cancer de la prostate. Le Movember (Moustache November) est une mouvement plutôt anglo-saxon et les patrons du Holy Cow y sont sensibles. Durant tout le mois, si vous vous présentez avec une moustache, vous aurez droit à une délicieuse glace gratuite, n'hésitez pas !

Sachez toutefois que les fausses moustaches ne fonctionnent pas, ce qui est vraiment très dommage, parce qu'avec Armalite, on s'était bien entraîné !


samedi 12 novembre 2011

Drive



Drive (Nicolas Winding Refn, usa, 2011)

Deuxième Ryan Gosling de la semaine, j’avais été séduite par le comédien la première fois, celui-là avait des bonnes critiques, mais j’y allais à reculons et j’avais raison. Commençons par les bons côtés, afin de pouvoir m’acharner ensuite sur TOUT ce que je n’ai pas aimé (c’est d’ailleurs beaucoup plus simple d’écrire quand je n’ai pas aimé, ma légendaire mauvaise foi est beaucoup plus prolixe que mon simple plaisir) (et c’est pas gagné pour vous d’ailleurs, si vous aimez me lire régulièrement, parce que genre là, en ce moment, je suis plutôt carrément béate) (désolée) (sauf que non) (je vous ai dit que… ah oui, pardon) (bref, revenons à notre Ryan Gosling du jour).


vendredi 11 novembre 2011

The Ides of March


The Ides of March (Georges Clooney, usa, 2011)


Avant de vous parler de Bruxelles, ma semaine ciné sur le thème : découvrons Ryan Gosling. Aujourd’hui je vous parle de la Cloonade et demain du trop-fameux-Drive-qui-n’en-méritait-pas-tant, et je vous ferai une conclusion sur Gosling en tentant de laisser ma culotte en dehors du débat, ce qui ne sera PAS facile. Bref.

The Ides of March (que je croyais absurdement traduit par « Les marches du pouvoir » en français, mais au final ce n’est pas si absurde que ça) nous parle d’un responsable de campagne politique des primaires démocrates aux Etats-Unis, rôle tenu par Ryan Gosling. Clooney  interprète le candidat et je suppose qu’il s’est octroyé ce rôle afin de pouvoir déclamer quelques propositions politiques tout à fait délicieuses et provocatrices qu’il a dû se régaler à jouer, ça se sent à l’écran.