samedi 26 décembre 2009

Satin taupe et woodwincked


Le Satin taupe et le Wookwincked sont magnifiques tout seuls. J'avais envie de les mêler car ils ont la même texture, j'aime beaucoup le résultat.

Selon un conseil de Dita, j'ai changé ma méthode d'illuminer et d'ombrer la partie interne de ma paupière. Le coin interne mérite de la lumière, ainsi que juste sous le sommet de mes sourcils vers l'extérieur. Mais le côté du nez, du coin interne de l'oeil jusqu'au sourcil, mérite d'être ombré.



Dans l'ordre de pose :

1) Vanilla : pour illuminer, je l'utilise pour terminer mon teint -sur le dessus de la pommette- puis sous les sourcils.
2) Nivéa Mat brun moyen : pour ombrer
3) Woodwincked
4) Satin taupe
5) Spiced Chocolate : outer V
6) Flip : coin interne

Et pour terminer, crayon khôl brun et mascara Colossal.

dimanche 20 décembre 2009

Beauté des griffes

Kit de manucure de Body Shop

l'instrument à gauche du ciseau est parfait pour repousser les cuticules.
Quand j'étais petite (et même plus grande), je me rongeais les ongles. Du coup ils étaient mous, moches, dédoublés, jaunes -vive la nicotine- et irréguliers/rongés. Et puis un jour j'ai commencé à m'en occuper, ce qui petit à petit m'a incité à ne plus les ronger. Longtemps ce n'était que de simples vernis transparents, puis j'ai du acheter un coupe-ongle (grande victoire), puis je me suis occupée du reste de mes mains. En particulier quand j'ai vu celles d'une vendeuse cosmétique qui essayait pleins de crèmes sur sa main gauche... et la différence entre ses deux mains. Aujourd'hui, mes ongles sont sains et forts, ils poussent vite, ne se cassent plus, sont plus lisses et blancs. A la demande de Rose, je vous présente ici quelques produits que j'utilise.


Pour les mains je suis une grande fan de la Cold Cream Main d'Avène. Comme j'oublie d'en mettre, j'ai un tube dans mon sac et quand je m'ennuie dans le bus/métro, hop un coup de crème, ça occupe 2 minutes et c'est agréable, surtout l'hiver. Ne pas oublier d'en mettre autour de l'ongle et bien masser.

Diluant Mavala, Mavala scientifique, Nail & cuticule oil de Essence

Les ongles se dédoublent parce qu'ils sont trop secs, qu'ils sont rongés ou mal coupés (c'est pour ça qu'on conseille de limer, avec une lime en verre). Solution en deux temps, d'abord l'huile au bleuet de Essence, à mettre sur les cuticules et à la base de l'ongle, puis on masse bien. Si on peut on laisse agir la nuit -surtout en début de traitement- sinon ensuite il faut bien se laver et dégraisser les ongles pour pouvoir poser du vernis. Ensuite, le Mavala scientifique est hyper efficace. C'est un petit flacon qui coûte relativement cher mais qui dure des années. Il faut simplement le poser sur l'ongle avant avant de vernir et ça fortifie l'ongle et, au bout de 2-4 semaines déjà, permet à l'ongle de se solidifier en s'unifiant. On peut, surtout en début de traitement, ajouter une base fortifiante ou hydratante, les bases SOS de Essence sont très bien. Elles peuvent servir de base ou simplement de vernis transparent.

Bon, donc là, vous avez des ongles forts, qui ne se dédoublent plus, se lissent petit à petit. Mais peut-être sont-ils un peu jaunâtres ? Encore plusieurs solutions : passer un demi-citron sur les ongles. Oui, ça marche, mais il faut le faire très régulièrement et laisser poser. Bref, c'est chiant. Moins contraignant et qui marche très bien : pro-white de Essence, c'est impressionnant et immédiat. Et ça fait une très bonne base pour manucure ou pédicure -vous savez les pieds qui sortent à l'air libre après de longs mois en chaussettes... -.

Nourishing base coat SOS nail saver d'Essence, Pro-white base de Essence, 
Maximum wear überlack de Essence

Bon, là ça y est, des ongles nickel, on peut passer à la manucure. Je détaille LA TOTALE, mais on peut zapper certaines étapes si on a les ongles en forme ou si on a la flemme.

Préalable : faire la vaisselle ou prendre sa douche ou son bain, étendre la lessive, ... toutes ces conneries qui vont ruiner une manucure fraîche vitesse grand V.

1) Hydrater les mains avec de la crème et la base des ongles et les cuticules avec l'huile au bleuet et masser. Repousser les cuticules au maximum. Couper les ongles puis les limer. (Le meilleur moment pour cette étape, c'est après un bain avec les ongles mous ce qui évite qu'ils ne se dédoublent quand on les coupe et les cuticules sont bien manéables.)

2) Se laver les mains et les ongles, bien frotter les ongles pour être sûre que toute trace de gras ou autre ait disparu. Choisir les différents produits dont on va avoir besoin ensuite. Se poser devant une bonne émission ou un film qu'on a déjà vu ou devant son ordi -pour celles qui savent taper sans nicker leurs ongles-.

3) Poser le Mavala Scientifique.

4) Poser une base, nourrissante, blanchissante ou une base qui accroche bien le vernis, suivant ce dont on a besoin.
Laisser sécher (ici l'utilité du film ou autre pour s'occuper et ne pas être tentée de zapper les étapes de séchage) au moins 5-10 minutes.

5) Poser une couche du vernis choisi. Laisser sécher 5-10 minutes. Poser une deuxième couche. Les couches doivent être fines pour que la manucure dure plusieurs jours. Si le vernis est trop épais, quelques gouttes de Diluant Mavala, bien secouer le flacon et hop. D'ailleurs il est toujours recommandé de bien remuer les vernis avant de les appliquer.

Laisser sécher au moins 30 minutes (d'où l'intérêt de savoir taper sans nicker son vernis, on peut continuer à traire des vaches roses dans Farmville travailler pendant ce temps là.

6) Poser une couche de top coat. Le maximum wear de Essence est génial, il faut en mettre une couche généreuse pour que le pinceau glisse bien. Pour celles qui ne trouveraient pas la marque Essence, le top coat de Revlon est vraiment bien aussi (les bases et l'eau émoliante de cette marque sont très bien aussi !)

Laisser sécher au moins 10 minutes.
Avec toutes ces étapes, ça a l'air très long, mais en gros j'en ai pour une heure en comptant l'attente pendant laquelle je fais autre chose. Je fais souvent ça le soir devant un film, mais il faut commencer assez vite pour ne pas aller se coucher juste après, sinon marques d'oreiller ou de duvet garanties le lendemain.

7) Le lendemain : poser une nouvelle couche de top coat. Laisser sécher 10 minutes.
Là, votre manucure devrait tenir une semaine. Certaines tiennent plus de 8 jours sans éclats. Dès le lendemain, vaisselle, douches, bains, lessives... plus rien n'est interdit. Certaines conseillent de mettre des gants, mais je ne supporte pas le contact de ces gants en caoutchouc immondes -que je utilise avec regret uniquement quand je dois plonger mes mains dans un truc avec javel-. La seule précaution, c'est de passer vos ongles sous l'eau froide après, ça re-durcit le vernis et hop, ni vu ni connu.

Il existe des tas de produits pour remplacer ceux que je vous propose ici, mais j'ai choisis de vous montrer les solutions les plus efficaces -à mon sens- et les moins chères. Le Mavala scientifique et le diluant Mavala sont les produits les plus chers présentés ici (et encore, c'est vraiment tout à fait raisonnable) mais ils durent plusieurs années. Les produits Essence coûtent entre CHF 2.95 et 3.95 !

jeudi 17 décembre 2009

Mascara VL de Mavala


Suite à un mail que j'avais envoyé à Mavala car je ne trouvais pas d'infos sur leur collection Cabaret's Color, j'avais reçu une réponse très rapide avec plein d'infos. Mais ce n'est pas tout, quelques jours plus tard, je recevais également un courrier avec un petit cadeau : un mascara. Le but : m'informer que Mavala ne fait pas que des produits pour les ongles. Dans la lettre accompagnant le mascara, on m'informe très clairement que Mavala a pour politique de ne pas sponsoriser les blogs... mais quand même, j'ai eu un mascara. Et c'est bête, mais j'ai adoré recevoir un truc gratuit à tester. J'adore les trucs gratuits et depuis que mon ex-colloc a gagné un concours de magasine féminin pour lequel on a reçu a la maison plus d'une centaines de produits cosmétiques, tester, comparer, ... j'en veux encore !*

Donc, je disais, Mavala ne fait pas que des produits pour les ongles. D'accord, testons.


Donc, à gauche avec, à droit sans, est-il utile de le préciser ?

Le tube est sobre, gris, tout simple, contrairement à la mode fluo atroce du moment, on ne voit presque pas la marque dessus. La brosse est longue et fine -je sens que ça va m'attirer des requêtes googeule salaces- et efficace : elle allonge bien les cils et le recourbement -avec la méthode Exceptionnel de Chanel, on tourne, on tourne- est plutôt bien. Pas trop de paquets, même si quand même un peu en début de tube, ce qui est normal**. Le noir est bien intense et la tenue est très bonne, pas de miettes DU TOUT
même après de longues nuits de débauches

Pour le prix euh, puis-je me gausser encore une fois de l'avoir eu gratuitement ?

Jusqu'ici, bravo Mavala (encore***).

MAIS et pas parce qu'il en faut un, c'est un vrai MAIS : il est horrible à démaquiller. Même avec un super démaquillant hyper efficace spécial yeux. J'ai à chaque fois fini avec les yeux rouges d'avoir frotté pour faire partir les dernières traces et je déteste ça ! Surtout quand le lendemain matin on se rend compte qu'il en restait encore et on a l'oeil panda. Pas glop.

Donc, verdict : très très très bien pour tout, il tient, fait de beaux cils, ... Parfait pour une très longue journée puis soirée, par exemple. Mais il faut un démaquillant béton et des yeux pas trop sensibles au frottement.


* En plus, c'est d'actualité les cadeaux vu que c'est mon anniv' aujourd'hui :-)

** Par contre je ne suis pas sûre qu'une débutante en mascara s'en sorte sans paquets et j'en profite pour vous annoncer le mascara parfait pour débutantes ou personnes qui ne se maquillent pas souvent c'est le Feline Lash de Helena Rubenstein : il allonge et épaissit sans effet "faux cils".

*** Si vous croyiez que je fais ça pour avoir plus de cadeaux gratuits, je vous le dis tout net : vous avez raison :-P. Mais pas que. Ils ont réussi à m'appâter avec ce produit et j'ai envie d'en essayer d'autres, surtout si les prix restent aussi raisonnables que les vernis pour une aussi bonne qualité ! En plus, l'idée de favoriser des cosmétiques "régionaux" me plaît bien. Bref, leur démarche marketing a marché parfaitement sur moi, je suis un genre de sujet alpha. Pffff.

PS : et la première qui me menace d'un "blogueuse influente", je la renvoie .

samedi 12 décembre 2009

Attchiiiii


Mon nez est en sang, ma gorge brûle et j'ai mal partout. Et ça dure.
Ma seule évasion étant Internet, je partage avec vous quelques découvertes :

- Un site dont le but est de partager des perles du web, ça tombe bien.


- Des portofolios de photos magnifiques sur toutes sortes de sujets d'actualité, scientifiques, historiques ou sportifs. Le calendrier de l'avent de Hubble, par exemple, est sublime.

- Un autre site qui compile weird & wonderful things, de tout donc, souvent de manière thématique, par exemple la nourriture ou des "publicités cool" ou juste des trucs impressionnants.

- Un peu de science pour finir en parlant du très petit, de la poésie de l'eau et des fluides non newtoniens ou comment marcher sur l'eau.

dimanche 6 décembre 2009

Jus et nez


Il y a quelques années, j'ai eu le privilège de côtoyer Monsieur Jean-Paul Guerlain, dans son paradis, à Mayotte, au milieu de sa plantation d'ylang-ylang et de frangipaniers. Le frangipanier est mon arbre favori, sa fleur est parfaite avec ses 5 pétales légèrement incurvés, et c'est également mon odeur préférée et j'attends toujours le parfum qui saura me l'offrir, M. Guerlain m'a expliqué que ce n'est pas possible car cette fleur ne se laisse pas "capturer". C'est-à-dire que les odeurs de frangipaniers qui sont sur le marché sont des imitations synthétiques mais que l'essence de cette fleur ne se laisse pas capturer dans une huile essentielle. Il avait créé dans son jardin un chemin qui, parcouru à la tombée du jour, heure où les fleurs exhalent, construisait un parfum idéal selon lui, dont il rêvait de pouvoir inventer la recette. Certaines rencontres nous marquent plus que d'autres, celle-ci a été importante pour moi, d'abord parce que c'est un grand Monsieur, qui a une histoire de vie passionnante, ensuite parce qu'il m'a donné envie de découvrir un univers que je ne connaissais pas du tout. Il disait que chaque parfum qu'il avait créé, il l'avait construit en hommage à une (des très nombreuses) femme de sa vie.

Après m'avoir respiré le cou, il m'a offert L'Heure Bleue, en me disant qu'il m'irait très bien et qu'il devrait me plaire. Je n'ai pas compris tout de suite à quel point c'était un compliment. Il y a quelques semaines, j'ai découvert le site d'un critique de parfum qui a décidé de rester anonyme et qui est soupçonné par la métier d'être une taupe dans une grande maison. L'univers des parfumeurs -ou nez donc- est inconnu, mystérieux, magique... et n'est donc jamais critiqué, pourtant les "sorties" sont de plus en plus nombreuses chaque saison. En parcourant ce site on découvre un vocabulaire, l'existence de structures voire d'architectures et un ton.

Quelques exemples avec des parfums que je porte et des critiques élogieuses :
- L'eau de pamplemousse rose d'Hermès
- Escale à Portofino de Dior
- Un Jardin en Méditerranée de Hermès

Des critiques acerbes, certaines attendues, d'autres plus étonnantes :
- Karma de Lush
- Maman et bébé de l'Occitane
- John Galliano
- 1 million de Paco Rabanne
- Magnifique de Lancôme
- CK One Summer de Calvin Klein
- Nina de Nina Ricci
- Moon Sparkle de Escada (spectaculairement mauvais, rien que ça !)
- Intimitely Beckham
- Insolence de Guerlain

Des critiques qui intriguent et donnent envie de découvrir par soi-même :
- Lonestar Memories de Andy Tauer
- Cologne de Thierry Mugler (l'antithèse d'Angel, ça ne peut que me plaire !)
- El Attarine de Serge Luthens
- Musc Gingembre de Melvita
- White Musc for Men de Body Shop
- Le Mas des Verveines de Lothantique
- Un Jardin sur le Nil de Hermès
- Un Jardin après la Mousson de Hermès
- Infusion d'Homme de Prada
- Eau de Shalimar de Guerlain

Et des critiques avec lesquelles je me sens remise en question car je pense l'inverse :
- Roadster de Cartier (yeurk)
- Guerlain Homme (mmmmhhhh)
- Ma Dame de Jean-Paul Gautier
- Serge Noir de Serge Luthens

Bref, apprendre à plonger le nez dans un jus sans être influencé par un nom ou un flacon.
Et une petite dédicace pour Rose et son amour du Musc qui m'a donné envie d'écrire ce billet.

jeudi 3 décembre 2009

Films vus en octobre et novembre 2009


PETIT ECRAN ou rattrapage

X-files : I want to believe (Chris Carter, us, 2008)
Fox Mulder est beaucoup moins sexy que Hank Moody. Quelques lignes de dialogues qui font sourire, quelques images neigeuses à l'ambiance glaçante (ça tombe bien). Mais pour les amateurs, autant revoir une dixième fois le culte Fargo.


27 Dresses (Anne Fletcher, us, 2009)


He's Just Not That Into You (Ken Kwapis, us, 2009)
Comédies romantiques sans intérêt aucun. AUCUN.

The Spiderwick Chronicles


The Spiderwick Chronicles (Mark Waters, us, 2008)


Pour les amateurs de "petits êtres", on est servis de visuels imaginatifs et très bien réalisés directement inspirés de l'univers de Brian Fround. Si vous êtes amateurs, c'est parfait pour un dimanche soir ennuyeux, froid et pluvieux de novembre. Le roman graphique tiré du film -s'il y en a un- doit toutefois être nettement plus intéressant que le film. A voir donc uniquement si vous êtes vraiment amateurs ET que vous avez 2h à tuer.

Jabberwocky


Jabberwocky (Terry Gilliam, gb, 1977)


Un genre de Monty Pythons raté. C'est le seul film de Terry Gilliam qui ne m'ait pas complètement emballée, je suis terriblement déçue. C'est inspiré d'un poème de Lewis Caroll. J'espère que la prochaine fois que je côtoie cet univers ce sera meilleur !

The Royal Tennenbaums


The Royal Tennenbaums (Wes Anderson, us, 2001)


Encore Wes Anderson, comment est-il possible que je n’aie pas découvert ce fabuleux réalisateur plus tôt ? Encore un dont l’un des talents principaux est de savoir s’entourer et de mettre en valeur le travail de son équipe. Les acteurs, les décors, les dialogues, la musique, etc. tout fonctionne comme un ensemble qui nous plonge dans une ambiance tout à fait particulière. Gros coup de cœur encore. Après ce film, on comprend comment Bill Murray et Angelica Houston acceptent de petits rôles dans The Darjeeling Unlimited.


Hotel Chevalier (Wes Anderson, us, 2007)


Court-métrage précédent (diégètiquement) The Darjeeling Unlimited. Faire un court-métrage pour le plaisir de tourner à Paris ou pour augmenter les ventes dvd ? Je m'en fous ! C'est juste une gourmandise que j'ai beaucoup appréciée et qui donne envie de re-voir The Darjeeling Unlimited.

Eternal Sunshine of the Spotless mind


Eternal Sunshine of the Spotless mind (Michel Gondry, us, 2004)


L’esprit fabuleusement tordu de Charlie Kaufman –également scénariste de Being John MalkovichHuman NatureConfessions of a Dangeous MindAdaptation, entre autres- mélangé au doux génie de Michel Gondry. L’histoire est vraiment originale, les questions posées par le film me passionnent, l’univers visuel est imaginatif, poétique, ludique. La passion du cinéma de Michel Gondry est palpable dans de nombreux plans, de nombreuses séquences, de nombreux trucages.

Dans le top ten de mes films préférés EVER. Le sentiment de mélancolie, d’une grande pureté, qu’il me procure au générique de fin est délicieux.

L'imaginarium du Dr Parnassus


L’imaginarium du Dr Parnassus (Terry Gilliam, us-gb-fr, 2009)


Après de nombreux déboires de production dans des projets précédents, un réalisateur se retrouve avec un film à moitié tourné après la mort de son acteur principal. Il peut soit signer l’arrêt de mort de sa carrière, comme après The Adventures of Baron Munchausen, comme après The Fischer King, comme pendant The Man who killed Don Quixote –dont la production apparemment a repris, youhouhou-, soit il trouve une solution. Et quand cette solution non seulement fonctionne parfaitement dans le film, mais en plus rend hommage au grand talent de Heath Ledger, c'est du grand Gilliam.

Certains sont déçus, trouvent le film un peu décousu, constatent des baisses de rythme. Peut-être n’est-ce pas faux. Mais l’univers de Gilliam me transporte, permet à mon imagination de s’envoler, m’émeut, me passionne. Ce n’est peut-être pas son film le plus abouti, ni mon préféré, mais la patte de Gilliam est reconnaissable entre mille, les acteurs sont géniaux, TOUS, les décors, costumes, maquillages, lumières… sont d’une richesse et d’une justesse incroyable.

Peut-être un film à côté duquel on pourrait passer si on le voyait sur petit écran, avec la zappette dans la main, et ce serait dommage : allez le voir sur grand écran !

Mary & Max


Mary & Max (Adam Eliot, Australie, 2009)


Film d’animation en 3D à l’ancienne, c’est-à-dire que les animations sont en pâte à modeler et non entièrement réalisées par ordinateur. Résultat visuel sublime, un noir blanc avec parfois une pointe de rouge. C’est l’histoire d’une relation épistolaire entre une petite fille australienne malheureuse et un homme obèse New-yorkais atteint du syndrome d’Asperberger.

C’est triste, poétique, drôle parfois, émouvant, intriguant. Un peu plombant aussi. Parfait pour les amateurs de mélancolie ("le bonheur d'être triste" selon la définition de Victor Hugo).