samedi 26 décembre 2009

Satin taupe et woodwincked


Le Satin taupe et le Wookwincked sont magnifiques tout seuls. J'avais envie de les mêler car ils ont la même texture, j'aime beaucoup le résultat.

Selon un conseil de Dita, j'ai changé ma méthode d'illuminer et d'ombrer la partie interne de ma paupière. Le coin interne mérite de la lumière, ainsi que juste sous le sommet de mes sourcils vers l'extérieur. Mais le côté du nez, du coin interne de l'oeil jusqu'au sourcil, mérite d'être ombré.



Dans l'ordre de pose :

1) Vanilla : pour illuminer, je l'utilise pour terminer mon teint -sur le dessus de la pommette- puis sous les sourcils.
2) Nivéa Mat brun moyen : pour ombrer
3) Woodwincked
4) Satin taupe
5) Spiced Chocolate : outer V
6) Flip : coin interne

Et pour terminer, crayon khôl brun et mascara Colossal.

dimanche 20 décembre 2009

Beauté des griffes

Kit de manucure de Body Shop

l'instrument à gauche du ciseau est parfait pour repousser les cuticules.
Quand j'étais petite (et même plus grande), je me rongeais les ongles. Du coup ils étaient mous, moches, dédoublés, jaunes -vive la nicotine- et irréguliers/rongés. Et puis un jour j'ai commencé à m'en occuper, ce qui petit à petit m'a incité à ne plus les ronger. Longtemps ce n'était que de simples vernis transparents, puis j'ai du acheter un coupe-ongle (grande victoire), puis je me suis occupée du reste de mes mains. En particulier quand j'ai vu celles d'une vendeuse cosmétique qui essayait pleins de crèmes sur sa main gauche... et la différence entre ses deux mains. Aujourd'hui, mes ongles sont sains et forts, ils poussent vite, ne se cassent plus, sont plus lisses et blancs. A la demande de Rose, je vous présente ici quelques produits que j'utilise.


Pour les mains je suis une grande fan de la Cold Cream Main d'Avène. Comme j'oublie d'en mettre, j'ai un tube dans mon sac et quand je m'ennuie dans le bus/métro, hop un coup de crème, ça occupe 2 minutes et c'est agréable, surtout l'hiver. Ne pas oublier d'en mettre autour de l'ongle et bien masser.

Diluant Mavala, Mavala scientifique, Nail & cuticule oil de Essence

Les ongles se dédoublent parce qu'ils sont trop secs, qu'ils sont rongés ou mal coupés (c'est pour ça qu'on conseille de limer, avec une lime en verre). Solution en deux temps, d'abord l'huile au bleuet de Essence, à mettre sur les cuticules et à la base de l'ongle, puis on masse bien. Si on peut on laisse agir la nuit -surtout en début de traitement- sinon ensuite il faut bien se laver et dégraisser les ongles pour pouvoir poser du vernis. Ensuite, le Mavala scientifique est hyper efficace. C'est un petit flacon qui coûte relativement cher mais qui dure des années. Il faut simplement le poser sur l'ongle avant avant de vernir et ça fortifie l'ongle et, au bout de 2-4 semaines déjà, permet à l'ongle de se solidifier en s'unifiant. On peut, surtout en début de traitement, ajouter une base fortifiante ou hydratante, les bases SOS de Essence sont très bien. Elles peuvent servir de base ou simplement de vernis transparent.

Bon, donc là, vous avez des ongles forts, qui ne se dédoublent plus, se lissent petit à petit. Mais peut-être sont-ils un peu jaunâtres ? Encore plusieurs solutions : passer un demi-citron sur les ongles. Oui, ça marche, mais il faut le faire très régulièrement et laisser poser. Bref, c'est chiant. Moins contraignant et qui marche très bien : pro-white de Essence, c'est impressionnant et immédiat. Et ça fait une très bonne base pour manucure ou pédicure -vous savez les pieds qui sortent à l'air libre après de longs mois en chaussettes... -.

Nourishing base coat SOS nail saver d'Essence, Pro-white base de Essence, 
Maximum wear überlack de Essence

Bon, là ça y est, des ongles nickel, on peut passer à la manucure. Je détaille LA TOTALE, mais on peut zapper certaines étapes si on a les ongles en forme ou si on a la flemme.

Préalable : faire la vaisselle ou prendre sa douche ou son bain, étendre la lessive, ... toutes ces conneries qui vont ruiner une manucure fraîche vitesse grand V.

1) Hydrater les mains avec de la crème et la base des ongles et les cuticules avec l'huile au bleuet et masser. Repousser les cuticules au maximum. Couper les ongles puis les limer. (Le meilleur moment pour cette étape, c'est après un bain avec les ongles mous ce qui évite qu'ils ne se dédoublent quand on les coupe et les cuticules sont bien manéables.)

2) Se laver les mains et les ongles, bien frotter les ongles pour être sûre que toute trace de gras ou autre ait disparu. Choisir les différents produits dont on va avoir besoin ensuite. Se poser devant une bonne émission ou un film qu'on a déjà vu ou devant son ordi -pour celles qui savent taper sans nicker leurs ongles-.

3) Poser le Mavala Scientifique.

4) Poser une base, nourrissante, blanchissante ou une base qui accroche bien le vernis, suivant ce dont on a besoin.
Laisser sécher (ici l'utilité du film ou autre pour s'occuper et ne pas être tentée de zapper les étapes de séchage) au moins 5-10 minutes.

5) Poser une couche du vernis choisi. Laisser sécher 5-10 minutes. Poser une deuxième couche. Les couches doivent être fines pour que la manucure dure plusieurs jours. Si le vernis est trop épais, quelques gouttes de Diluant Mavala, bien secouer le flacon et hop. D'ailleurs il est toujours recommandé de bien remuer les vernis avant de les appliquer.

Laisser sécher au moins 30 minutes (d'où l'intérêt de savoir taper sans nicker son vernis, on peut continuer à traire des vaches roses dans Farmville travailler pendant ce temps là.

6) Poser une couche de top coat. Le maximum wear de Essence est génial, il faut en mettre une couche généreuse pour que le pinceau glisse bien. Pour celles qui ne trouveraient pas la marque Essence, le top coat de Revlon est vraiment bien aussi (les bases et l'eau émoliante de cette marque sont très bien aussi !)

Laisser sécher au moins 10 minutes.
Avec toutes ces étapes, ça a l'air très long, mais en gros j'en ai pour une heure en comptant l'attente pendant laquelle je fais autre chose. Je fais souvent ça le soir devant un film, mais il faut commencer assez vite pour ne pas aller se coucher juste après, sinon marques d'oreiller ou de duvet garanties le lendemain.

7) Le lendemain : poser une nouvelle couche de top coat. Laisser sécher 10 minutes.
Là, votre manucure devrait tenir une semaine. Certaines tiennent plus de 8 jours sans éclats. Dès le lendemain, vaisselle, douches, bains, lessives... plus rien n'est interdit. Certaines conseillent de mettre des gants, mais je ne supporte pas le contact de ces gants en caoutchouc immondes -que je utilise avec regret uniquement quand je dois plonger mes mains dans un truc avec javel-. La seule précaution, c'est de passer vos ongles sous l'eau froide après, ça re-durcit le vernis et hop, ni vu ni connu.

Il existe des tas de produits pour remplacer ceux que je vous propose ici, mais j'ai choisis de vous montrer les solutions les plus efficaces -à mon sens- et les moins chères. Le Mavala scientifique et le diluant Mavala sont les produits les plus chers présentés ici (et encore, c'est vraiment tout à fait raisonnable) mais ils durent plusieurs années. Les produits Essence coûtent entre CHF 2.95 et 3.95 !

jeudi 17 décembre 2009

Mascara VL de Mavala


Suite à un mail que j'avais envoyé à Mavala car je ne trouvais pas d'infos sur leur collection Cabaret's Color, j'avais reçu une réponse très rapide avec plein d'infos. Mais ce n'est pas tout, quelques jours plus tard, je recevais également un courrier avec un petit cadeau : un mascara. Le but : m'informer que Mavala ne fait pas que des produits pour les ongles. Dans la lettre accompagnant le mascara, on m'informe très clairement que Mavala a pour politique de ne pas sponsoriser les blogs... mais quand même, j'ai eu un mascara. Et c'est bête, mais j'ai adoré recevoir un truc gratuit à tester. J'adore les trucs gratuits et depuis que mon ex-colloc a gagné un concours de magasine féminin pour lequel on a reçu a la maison plus d'une centaines de produits cosmétiques, tester, comparer, ... j'en veux encore !*

Donc, je disais, Mavala ne fait pas que des produits pour les ongles. D'accord, testons.


Donc, à gauche avec, à droit sans, est-il utile de le préciser ?

Le tube est sobre, gris, tout simple, contrairement à la mode fluo atroce du moment, on ne voit presque pas la marque dessus. La brosse est longue et fine -je sens que ça va m'attirer des requêtes googeule salaces- et efficace : elle allonge bien les cils et le recourbement -avec la méthode Exceptionnel de Chanel, on tourne, on tourne- est plutôt bien. Pas trop de paquets, même si quand même un peu en début de tube, ce qui est normal**. Le noir est bien intense et la tenue est très bonne, pas de miettes DU TOUT
même après de longues nuits de débauches

Pour le prix euh, puis-je me gausser encore une fois de l'avoir eu gratuitement ?

Jusqu'ici, bravo Mavala (encore***).

MAIS et pas parce qu'il en faut un, c'est un vrai MAIS : il est horrible à démaquiller. Même avec un super démaquillant hyper efficace spécial yeux. J'ai à chaque fois fini avec les yeux rouges d'avoir frotté pour faire partir les dernières traces et je déteste ça ! Surtout quand le lendemain matin on se rend compte qu'il en restait encore et on a l'oeil panda. Pas glop.

Donc, verdict : très très très bien pour tout, il tient, fait de beaux cils, ... Parfait pour une très longue journée puis soirée, par exemple. Mais il faut un démaquillant béton et des yeux pas trop sensibles au frottement.


* En plus, c'est d'actualité les cadeaux vu que c'est mon anniv' aujourd'hui :-)

** Par contre je ne suis pas sûre qu'une débutante en mascara s'en sorte sans paquets et j'en profite pour vous annoncer le mascara parfait pour débutantes ou personnes qui ne se maquillent pas souvent c'est le Feline Lash de Helena Rubenstein : il allonge et épaissit sans effet "faux cils".

*** Si vous croyiez que je fais ça pour avoir plus de cadeaux gratuits, je vous le dis tout net : vous avez raison :-P. Mais pas que. Ils ont réussi à m'appâter avec ce produit et j'ai envie d'en essayer d'autres, surtout si les prix restent aussi raisonnables que les vernis pour une aussi bonne qualité ! En plus, l'idée de favoriser des cosmétiques "régionaux" me plaît bien. Bref, leur démarche marketing a marché parfaitement sur moi, je suis un genre de sujet alpha. Pffff.

PS : et la première qui me menace d'un "blogueuse influente", je la renvoie .

samedi 12 décembre 2009

Attchiiiii


Mon nez est en sang, ma gorge brûle et j'ai mal partout. Et ça dure.
Ma seule évasion étant Internet, je partage avec vous quelques découvertes :

- Un site dont le but est de partager des perles du web, ça tombe bien.


- Des portofolios de photos magnifiques sur toutes sortes de sujets d'actualité, scientifiques, historiques ou sportifs. Le calendrier de l'avent de Hubble, par exemple, est sublime.

- Un autre site qui compile weird & wonderful things, de tout donc, souvent de manière thématique, par exemple la nourriture ou des "publicités cool" ou juste des trucs impressionnants.

- Un peu de science pour finir en parlant du très petit, de la poésie de l'eau et des fluides non newtoniens ou comment marcher sur l'eau.

dimanche 6 décembre 2009

Jus et nez


Il y a quelques années, j'ai eu le privilège de côtoyer Monsieur Jean-Paul Guerlain, dans son paradis, à Mayotte, au milieu de sa plantation d'ylang-ylang et de frangipaniers. Le frangipanier est mon arbre favori, sa fleur est parfaite avec ses 5 pétales légèrement incurvés, et c'est également mon odeur préférée et j'attends toujours le parfum qui saura me l'offrir, M. Guerlain m'a expliqué que ce n'est pas possible car cette fleur ne se laisse pas "capturer". C'est-à-dire que les odeurs de frangipaniers qui sont sur le marché sont des imitations synthétiques mais que l'essence de cette fleur ne se laisse pas capturer dans une huile essentielle. Il avait créé dans son jardin un chemin qui, parcouru à la tombée du jour, heure où les fleurs exhalent, construisait un parfum idéal selon lui, dont il rêvait de pouvoir inventer la recette. Certaines rencontres nous marquent plus que d'autres, celle-ci a été importante pour moi, d'abord parce que c'est un grand Monsieur, qui a une histoire de vie passionnante, ensuite parce qu'il m'a donné envie de découvrir un univers que je ne connaissais pas du tout. Il disait que chaque parfum qu'il avait créé, il l'avait construit en hommage à une (des très nombreuses) femme de sa vie.

Après m'avoir respiré le cou, il m'a offert L'Heure Bleue, en me disant qu'il m'irait très bien et qu'il devrait me plaire. Je n'ai pas compris tout de suite à quel point c'était un compliment. Il y a quelques semaines, j'ai découvert le site d'un critique de parfum qui a décidé de rester anonyme et qui est soupçonné par la métier d'être une taupe dans une grande maison. L'univers des parfumeurs -ou nez donc- est inconnu, mystérieux, magique... et n'est donc jamais critiqué, pourtant les "sorties" sont de plus en plus nombreuses chaque saison. En parcourant ce site on découvre un vocabulaire, l'existence de structures voire d'architectures et un ton.

Quelques exemples avec des parfums que je porte et des critiques élogieuses :
- L'eau de pamplemousse rose d'Hermès
- Escale à Portofino de Dior
- Un Jardin en Méditerranée de Hermès

Des critiques acerbes, certaines attendues, d'autres plus étonnantes :
- Karma de Lush
- Maman et bébé de l'Occitane
- John Galliano
- 1 million de Paco Rabanne
- Magnifique de Lancôme
- CK One Summer de Calvin Klein
- Nina de Nina Ricci
- Moon Sparkle de Escada (spectaculairement mauvais, rien que ça !)
- Intimitely Beckham
- Insolence de Guerlain

Des critiques qui intriguent et donnent envie de découvrir par soi-même :
- Lonestar Memories de Andy Tauer
- Cologne de Thierry Mugler (l'antithèse d'Angel, ça ne peut que me plaire !)
- El Attarine de Serge Luthens
- Musc Gingembre de Melvita
- White Musc for Men de Body Shop
- Le Mas des Verveines de Lothantique
- Un Jardin sur le Nil de Hermès
- Un Jardin après la Mousson de Hermès
- Infusion d'Homme de Prada
- Eau de Shalimar de Guerlain

Et des critiques avec lesquelles je me sens remise en question car je pense l'inverse :
- Roadster de Cartier (yeurk)
- Guerlain Homme (mmmmhhhh)
- Ma Dame de Jean-Paul Gautier
- Serge Noir de Serge Luthens

Bref, apprendre à plonger le nez dans un jus sans être influencé par un nom ou un flacon.
Et une petite dédicace pour Rose et son amour du Musc qui m'a donné envie d'écrire ce billet.

jeudi 3 décembre 2009

Films vus en octobre et novembre 2009


PETIT ECRAN ou rattrapage

X-files : I want to believe (Chris Carter, us, 2008)
Fox Mulder est beaucoup moins sexy que Hank Moody. Quelques lignes de dialogues qui font sourire, quelques images neigeuses à l'ambiance glaçante (ça tombe bien). Mais pour les amateurs, autant revoir une dixième fois le culte Fargo.


27 Dresses (Anne Fletcher, us, 2009)


He's Just Not That Into You (Ken Kwapis, us, 2009)
Comédies romantiques sans intérêt aucun. AUCUN.

The Spiderwick Chronicles


The Spiderwick Chronicles (Mark Waters, us, 2008)


Pour les amateurs de "petits êtres", on est servis de visuels imaginatifs et très bien réalisés directement inspirés de l'univers de Brian Fround. Si vous êtes amateurs, c'est parfait pour un dimanche soir ennuyeux, froid et pluvieux de novembre. Le roman graphique tiré du film -s'il y en a un- doit toutefois être nettement plus intéressant que le film. A voir donc uniquement si vous êtes vraiment amateurs ET que vous avez 2h à tuer.

Jabberwocky


Jabberwocky (Terry Gilliam, gb, 1977)


Un genre de Monty Pythons raté. C'est le seul film de Terry Gilliam qui ne m'ait pas complètement emballée, je suis terriblement déçue. C'est inspiré d'un poème de Lewis Caroll. J'espère que la prochaine fois que je côtoie cet univers ce sera meilleur !

The Royal Tennenbaums


The Royal Tennenbaums (Wes Anderson, us, 2001)


Encore Wes Anderson, comment est-il possible que je n’aie pas découvert ce fabuleux réalisateur plus tôt ? Encore un dont l’un des talents principaux est de savoir s’entourer et de mettre en valeur le travail de son équipe. Les acteurs, les décors, les dialogues, la musique, etc. tout fonctionne comme un ensemble qui nous plonge dans une ambiance tout à fait particulière. Gros coup de cœur encore. Après ce film, on comprend comment Bill Murray et Angelica Houston acceptent de petits rôles dans The Darjeeling Unlimited.


Hotel Chevalier (Wes Anderson, us, 2007)


Court-métrage précédent (diégètiquement) The Darjeeling Unlimited. Faire un court-métrage pour le plaisir de tourner à Paris ou pour augmenter les ventes dvd ? Je m'en fous ! C'est juste une gourmandise que j'ai beaucoup appréciée et qui donne envie de re-voir The Darjeeling Unlimited.

Eternal Sunshine of the Spotless mind


Eternal Sunshine of the Spotless mind (Michel Gondry, us, 2004)


L’esprit fabuleusement tordu de Charlie Kaufman –également scénariste de Being John MalkovichHuman NatureConfessions of a Dangeous MindAdaptation, entre autres- mélangé au doux génie de Michel Gondry. L’histoire est vraiment originale, les questions posées par le film me passionnent, l’univers visuel est imaginatif, poétique, ludique. La passion du cinéma de Michel Gondry est palpable dans de nombreux plans, de nombreuses séquences, de nombreux trucages.

Dans le top ten de mes films préférés EVER. Le sentiment de mélancolie, d’une grande pureté, qu’il me procure au générique de fin est délicieux.

L'imaginarium du Dr Parnassus


L’imaginarium du Dr Parnassus (Terry Gilliam, us-gb-fr, 2009)


Après de nombreux déboires de production dans des projets précédents, un réalisateur se retrouve avec un film à moitié tourné après la mort de son acteur principal. Il peut soit signer l’arrêt de mort de sa carrière, comme après The Adventures of Baron Munchausen, comme après The Fischer King, comme pendant The Man who killed Don Quixote –dont la production apparemment a repris, youhouhou-, soit il trouve une solution. Et quand cette solution non seulement fonctionne parfaitement dans le film, mais en plus rend hommage au grand talent de Heath Ledger, c'est du grand Gilliam.

Certains sont déçus, trouvent le film un peu décousu, constatent des baisses de rythme. Peut-être n’est-ce pas faux. Mais l’univers de Gilliam me transporte, permet à mon imagination de s’envoler, m’émeut, me passionne. Ce n’est peut-être pas son film le plus abouti, ni mon préféré, mais la patte de Gilliam est reconnaissable entre mille, les acteurs sont géniaux, TOUS, les décors, costumes, maquillages, lumières… sont d’une richesse et d’une justesse incroyable.

Peut-être un film à côté duquel on pourrait passer si on le voyait sur petit écran, avec la zappette dans la main, et ce serait dommage : allez le voir sur grand écran !

Mary & Max


Mary & Max (Adam Eliot, Australie, 2009)


Film d’animation en 3D à l’ancienne, c’est-à-dire que les animations sont en pâte à modeler et non entièrement réalisées par ordinateur. Résultat visuel sublime, un noir blanc avec parfois une pointe de rouge. C’est l’histoire d’une relation épistolaire entre une petite fille australienne malheureuse et un homme obèse New-yorkais atteint du syndrome d’Asperberger.

C’est triste, poétique, drôle parfois, émouvant, intriguant. Un peu plombant aussi. Parfait pour les amateurs de mélancolie ("le bonheur d'être triste" selon la définition de Victor Hugo).

lundi 30 novembre 2009

Liner noir & or


Tout simple, juste un trait de liner crème noir (toujours le petit pot Shiseido avec pinceau biseauté 266 de MAC) recouvert de liner doré Essence. Je trouve ça joyeux, festif. J'ai retrouvé le tuto pour eye-liner parfait pour moi, donc avec pinceau biseauté. Cette Purity fait des tutos photos fabuleux.


Une dernière photo pour le plaisir, juste pour montrer mes petites rides qui commencent à se dessiner sur le haut de mes pommettes dès que je souris et que j'aime énormément. Contrairement à certaines copines qui commencent à s'inquiéter des leurs, celles que je vois se dessiner sur mon visage me plaisent beaucoup. Pourvu que ça dure.

Je crois que ce sera mon choix pour noël, peut-être avec également un halo doré ET des ongles dorés si je me sens d'humeur. Ou pas.

vendredi 27 novembre 2009

O.P.I. des merveilles


Oui, encore des trucs d'ongles, mais c'est pas ma faute ! Si O.P.I. décide de travailler sur une collection à propos d'un de mes réalisateurs fétiches, je ne peux pas lutter ! Pourtant, je ne sais pas encore si je les veux ou non. J'ai presque plus de place dans ma boîte à vernis. Dilemme.

Bon il faut attendre cette collection autant qu'il faut attendre le film. Dur.

Et là, si j'étais sur twitter, j'utiliserais des hashtags contradictoires du genre #petasserieassumée #pauvrefille #fautquejemacheteuncerveau. Mais ça dépasse les 140 caractères.

lundi 23 novembre 2009

Parfait amour et Nocturnelle



Le Parfait amour est un mat, difficile à travailler et qui marque peu. Mais il est magnifique. Ici, sur la paupière mobile et ras des cils inférieurs. En banane et outer V, Nocturnelle, pour intensifier et volumiser un peu l'histoire. Sinon Murielle va encore m'accuser de faire un à plat ! En highlight et aux coins internes, le Sweetlust.


ET un nouvel anti-cernes, ce qui a sont importance avec un make-up violet... Donc, le plus couvrant de chez MAC. Super facile à utiliser, couvrance parfaite et modulable. Encore une victoire de canard.

mercredi 18 novembre 2009

Mon(es) très cher(s) Père Noël


Armalite m'a encore soufflé une idée, celle de remettre au goût du jour la lettre au Père Noël. Parce que même si on se dit toujours "on ne fait des cadeaux qu'aux enfants" en fait, on continue à se faire des cadeaux. La plupart du temps, ma famille me connaît bien et tombe plutôt juste. Mais moins juste que si je leur disais : je veux CA. Oui mais, je ne leur dis jamais, en général soit ils me prennent au dépourvu, soit je n'y ai pas encore réfléchi (je fais partie de ceux qui font leurs cadeaux à partir du 15 décembre, pas depuis le 15 septembre !) ou encore je n'ose pas leur dire de peur que mon idée ne leur convienne pas. Donc voici ma liste. Il ne me reste plus qu'à oser envoyer l'adresse de ce billet aux concernés...


Livres / films

- "Lait noir" d'Elif Shafak chez Phébus

- "D'autres couleurs" d'Orhan Pamuk chez Gallimard. Pour continuer ma découverte de la littérature turque.

- "Les loosers d'Hollywood" de Daniel Deep aux Presses de la Cité.
De toute manière, un roman bien écrit qui parle de gastronomie ou de cinéma ou -merveille des merveille- des deux ne peut que me combler ! Si vous avez d'autres suggestions dans le genre, je suis preneuse également !

- "A table avec la mafia" de P. di Falco et C. Dixsaut aux éditions Agnès Viénor. 
Parce que rien que l'idée de la gastronomie italienne-new yorkaise me met l'eau à la bouche, qu'il y a un dieu sur la couverture ET que je n'ai JAMAIS assez de beaux/bons livres de cuisine originaux.

-  "Tout le monde peut cuisiner" de Jamie Olivier chez Hachette.
Parce qu'il tente de prouver que cuisiner peut changer le monde, je ne peux qu'adhérer à ce programme politique !

- Ou un bon Payot que je puisse passer des heures à choisir mes futures lectures.

-
"Stranger than Fiction" ou "L'incroyable destin d'Harold Crick" de Marc Foster (2006). 
Parce que comme pour les romans qui parlent de cinéma et de cuisine, les films qui parlent de cuisine ou/et de littérature me passionne, et que celui-ci est particulièrement réussi.

-
"Milk" de Gus van Sant (2008). Pour pouvoir le revoir et le revoir.

- Du cinéma à volonté (35.- / mois).

- Un bon chez Karloff que je puisse agrémenter ma dvdthèque de joyaux rares.



Autres

- Eau de pamplemousse rose de Hermès. Parce que.

- Un Jardin en Méditerranée de Hermès. Même raison que le précédent.

- Aqua Allegoria Mandarine-Basilic de Guerlain. Bon, je crois que vous avez compris le concept, j'aime les senteurs d'agrumes.

- Un bon chez Globus, que je puisse aller dévaliser M.A.C. et Clinique.

- Un bon chez Sculpt Scalp pour la future coupe qui m'ira tellement bien que vous voudrez y aller aussi.

- De beaux gants en daim ou en cuir, si possible avec un joli petit bouton au niveau du poignet, unis mais pas noirs.

- Un bon chez H&M ou Promod pour pouvoir faire du shopping même quand je suis fauchée.

- Un très beau parapluie genre vintage avec une belle poignée ou très joyeux et coloré et/ou des bottes de pluies, super colorées et/ou rigolotes (pointure 41). Et si les deux, qu'ils fassent un bel ensemble.

- Un lecteur/graveur de CD/DVD externe pour mon bébé MAC qui commence à être dinosauresque, le pauvre chéri, il a besoin d'aide.

- Un iphone, parce que je vais finir par craquer un jour, autant que ça ne soit pas de ma faute !



EDIT : Il est absolument évident qu'un billet d'avion pour New York est le meilleur cadal du monde, rien que pour ça.



PS : Je suis tout à fait pour que cette liste serve également pour mon anniversaire de 3X.
PS : Et pis en passant, c'est mon 100ème billet, bravo moi.

dimanche 15 novembre 2009

… et se complexifie


Décidément, la marque Essence me plaît de plus en plus. Non seulement ses produits ne sont vraiment pas chers, mais il y a pleins de produits ludiques et originaux que l'on ne trouve pas ailleurs, tant dans les soins visage que dans le maquillage. J'avais déjà parlé des pochoirs pour créer des motifs sur les ongles, récemment, Essence a également sorti deux kits de tampons comportant chacun un tampon, un racloir et un plateau avec 7 motifs. Ils coûtent 4,90 francs suisses chacun.



J'ai testé, plusieurs fois.



- Premier constat : je ne suis pas douée.

- Deuxième constat : je ne suis pas sûre que le racloir soit vraiment bien. Mais comme je n'ai jamais testé les kits KONAD (la référence pour cette technique), peut-être qu'il faut simplement se rapporter au premier constat.

- Troisième constat : c'est marrant à faire, mais il faut impérativement choisir pour les motifs des vernis très opaques et donc la couleur est très différente du vernis posé à la base.

Mon premier essai. Vernis Lancôme doré et vernis MAC gris (Hello Kitty). J'aime bien le côté discret... surtout que du coup ça camoufle un peu les ratés ET les motifs camouflaient les coups de pinceaux que laissent le pinceau Lancôme. Tout bénéf'

Deuxième essai un peu foiré. Le violet est de chez Essence, il est sublime avec ses reflets bleus. Les motifs sont en Galsgow de Mavala. Vous remarquez qu'on voit à peine les motifs. Mais j'aimais bien l'idée de violet/mauve. Mon côté pétasse probablement. Bref, ça marche, mais je me suis tellement foirée sur le reste des doigts que tout a été effacé le lendemain.

Troisième essai, Red Hot de Mavala et motifs noirs (vernis Zara, qui tient très bien d'ailleurs). Au vu de la discretion des motifs précédents, j'ai fait du voyant. J'aime beaucoup l'idée du rouge/noir. Le fait que les papillons ne se marquent pas complètement ne me dérange pas, au contraire, c'est presque mieux que si j'avais vraiment réussi mon coup. Par contre, là c'est les deux doigts les plus réussis, il y a quelques grosses tâches noires.

Qu'en pensez-vous ?

vendredi 13 novembre 2009

La vie de mes ongles s’intensifie…


D'abord, le doré de la dernière collection de Lancôme qui est ENFIN sortie en Suisse (on ne la trouve pas partout, à Lausanne : chez Douglas, rue de Bourg, par exemple). Les deux choses qui me tentaient étaient le vernis doré et le gloss doré. Au vu des prix, j'ai sacrifié le gloss, qui pourtant me plaît énormément, pour le vernis.


MAIS :
- Il est cher, encore plus cher qu'un vernis O.P.I. pour moins de produit.
- Le pinceau marque, on le voit un peu sur la photo, l'application est donc fastidieuse.
- Le produit est un peu trop épais, il est donc bien opaque, mais c'est difficile d'appliquer des couches fines afin qu'il sèche vite et soit bien solide.
- Par contre, la tenue est irréprochable, ça fait 8 jours maintenant !!! Les bouts de certains ongles commencent à peine à s'écailler. Impressionnant, mieux que OPI. Dommage que leur pinceau laisse autant de marques !!! J'aimerais pouvoir dire que ce sera mon premier et mon dernier vernis Lancôme, au vu du prix et des marques laissées par le pinceau. Mais l'indigo de la même collection a une couleur irrésistible. Et je profite que certaine qui ne s'intéresse pas du tout au vernis soit à l'étranger pour vous annoncer que mon prochain billet sera aussi onglofocalisé.

mercredi 11 novembre 2009

Dégradé de gris


C'est classique et simple, j'aime beaucoup porter un dégradé de gris avec un liner simple. Et je suis assez contente car je commencer à pouvoir poser un trait de liner régulier sans avoir besoin de 15 coton-tiges imbibés de démaquillant pour rattraper mes maladresses. Depuis que j'ai vu LA technique chez une blogueuse (mais je ne me souviens pas de laquelle, désolée) pour la virgule. C'est à dire poser mon pinceau biseauté depuis le coin de l'oeil, en traçant une ligne qui suit la montée de la paupière inférieure. Bon, c'est pas clair du tout, mais j'ai enfin trouvé MA technique pour que ça fonctionne.


Le Howzat vient du quad Fafi, le Smoke&Diamond d'une autre collec' éphémère de l'hiver dernier et le Blanc de Body Shop. C'est dommage que les fards Body Shop n'aient pas de vrai nom, juste un numéro.
L'eye-liner crème vient de Shiseido (même taille que les petits pots de fards crème si jolis), le khôl est gris et de Body Shop, le mascara est l'Exceptionnel de Chanel -qui arrive au bout du tube (snif) et dont je vais garder la brosse et tenter de trouver un tube de mascara pas cher dont le pas de vis correspondrait- et les sourcils sont étoffés avec un crayon Essence.

jeudi 5 novembre 2009

Martin Winckler parle au “Choeur des femmes”


Le Dr Marc Zaffran est médecin généraliste. Dans sa tête il y a un auteur, Martin Winckler, que j'avais "rencontré" lors d'un forum sur un blog où il répondait aux question des unes et des autres, il a d'ailleurs continué à me répondre par mail, ce dont je lui suis infiniment reconnaissante, ma contraception a changé depuis et je la vis de manière beaucoup plus sereine.

Grâce à lui, je me suis renseignée à propos du DIU, ou "stérilet". Ce nom a d'ailleurs participé longtemps au colportage de fausses idées comme : peut rendre stérile car il cause des infections ; ne doit pas être posé sur une nullipare (quel abominable mot, comme si une femme était définie par son nombre d'enfants ou de grossesses !) ; et bien d'autres. Le pire, c'est que les gynécologues eux-mêmes aident parfois (souvent ?) à colporter ces légendes. Evidemment, c'est un des moyens de contraception efficace les moins cher du marché, et donc très peu rentable (pour un gynécologue) : une fois posé, hop, 5 ou 7 ans de tranquilité. De plus (ce qui est important pour moi), c'est un des seuls moyens contraceptifs NON HORMONAL. Mais non, trois gynécos successifs m'ont fait continuer la pilule ou essayer d'autres solutions hormonales comme ("vous verrez, c'est beaucoup moins chargé en hormones et on ne sent rien du tout", bullshit) en me déconseillant FORTEMENT le stérilet (d'ailleurs, ils l'appelaient "stérilet" et non DIU, ce qui aurait dû me mettre la puce à l'oreille). Bref, je ne raconte pas ma vie contraceptive pour rien. Je donne juste un exemple. Car c'est après avoir lu les réponses bienveillantes, éclairées, non culpabilisantes de Martin Winckler, que j'ai eu le courage de réclamer un DIU en cuivre. J'ai dû d'ailleurs également réclamer le modèle que je voulais (le plus efficace, celui qui pouvait rester le plus longtemps en place, le plus adapté à ma "nulliparité", ...) car le médecin-chef ne posait pas celui-là "d'habitude" (Grrrr). Et j'ai bien fait d'insister et de prendre mon courage à deux mains pour m'informer moi-même, contredire s'il le fallait (il le fallait, plusieurs fois, face à des médecins très sûrs d'eux) et insister sur mon droit à choisir ma propre contraception. Bordel.

Bon, si quelqu'un a un conseil pour que j'arrive enfin à me prendre en main de la même manière face aux coiffeurs, je suis preneuse...

Pour en revenir à Martin Winckler, il a un site web extrêmement intéressant où l'on trouve de nombreuses informations très détaillées, complètes, faciles à comprendre -sans non plus prendre les femmes pour des connes-, concernant de très nombreux aspects des particularités féminines du corps humain. Quand il a le temps, il répond également à certaines questions par mail ou sur son forum.

Mais en plus de son excellent site, Martin Winckler est un auteur aux multiples talents. Ses ouvrages pratiques entre autres sur la contraception ou les règles sont à mettre entre les mains de toutes les adolescentes ou femmes s'interrogeant sur ces sujets. Ses ouvrages ou nombreux articles sur les séries télévisées sont étonnants de drôlerie et de profondeur. Ses romans ou polars sont passionnants. J'aime son écriture, son style, ses personnages, la construction de ses intrigues, l'émotion qu'il me procure à chaque nouvelle découverte.

Le dernier en date "le Choeur des femmes" ne fait pas exception. Ce salaud de Winckler a encore réussi à m'émouvoir aux larmes et à me faire aimer ça ! Et quand je dis émouvoir aux larmes, je ne parle pas d'yeux humides mais de bonnes grosses larmes qui coulent le long des joues et qui m'empêchent de lire la suite... torture suprême ! C'est une histoire de relations entre soignants et patients, entre médecins et soignants. Ce sont DES histoires de femmes posées côte à côte qui nous dessinent un questionnement sur l'état de la médecine de la femme en France. On y retrouve la moyenne ville de Tourmens où se situent nombre de ses intrigues précédentes, on y retrouve également les fantômes de quelques personnages. D'ailleurs Bruno Sachs -son héros emblématique, alter égo de Martin Winckler- est parti s'intaller au Québec, comme Marc Zaffran il y a quelques temps, Québec où il travaille "en vrai" à propos de l'éthique dans la médecine. Le questionnement éthique au coeur de ses romans et en particulier du "Choeur des femmes" me touche, m'émeut, m'intéresse, me questionne.

Courrez acheter son livre, et, comme qui dirait Martin Winckler, faites-le en librairie, les libraires ont aussi besoin de vous.


EDIT : donc non, il n'a plus le temps et ne réponds plus aux questions concernant la contraception/les règles/autres questions médicales. Mais ces livres le font pour lui.

EDIT 2 : il a un autre blog que je découvre à l'instant, blog participatif sous la forme d'un atelier d'écriture ou d'articles concernant sa vie d'auteur.

dimanche 1 novembre 2009

Web web web


Que peut-on faire les dimanches après-midi de novembre ?

Rattraper les épisodes de série pas encore vus, aller au cinéma (et pas dans une séance pour les enfants, n'est-ce pas Murielle), se remettre de la veille... ou se perdre sur le net. Quelques idées :


- Les devinettes de Calirézo

- Je VEUX une planche à repasser

- Maintenant que je n'ai plus de chat dans ma vie, j'adopterais bien une souris


- Encore du geek, si vous n'avez pas encore choisi de costume pour Halloween


mardi 27 octobre 2009

Mavala encore plus addict


Je rectifie mon dernier article, en particulier mon dernier paragraphe, j'ai reçu un mail de Mavala, très sympa le mail, vraiment ! On m'a donné les informations voulues et plus encore, voici le mail en question  :

"La Collection comprenant Jazz Club et Charm s'intitule Cabaret Color's et correspond aux teintes de cet hiver. Voici la description de cette collection: "Pour électriser les nuances ternes des noirs, gris et anthracites, déclinaisons monochromes qui rythment la mode de cet hiver, la nouvelle collection Cabaret Color's de MAVALA, offre 6 teintes vibrantes, saisissantes, vives, tout en étant aussi séduisantes que féminines."


Music Hall * un bordeaux vibrant
Night Club un fuchsia extravagant
Party Time un orange endiablé
Charm* un violet ensorceleur
French Cancan un rouge cabaret
Jazz Club* un orange enflammé
* nacré

Avec les Cabaret Color's, révélez la femme fatale qui est en vous !

Si vous souhaitez étoffer votre texte autour des vernis MAVALA, voici quelques arguments : "sans toluène, sans formaldehyde, sans phtalates, sans collophane, sans paraben, sans camphre, sans ingrédient animal.... SANS SOUCI ! Les MINI COLOR'S de MAVALA colorent vos ongles tout en les laissant respirer naturellement !"

J'ai beaucoup apprécié la réponse -qui comportait également un gentil commentaire sur mon blog- et j'ai trouvé vraiment sympa la manière de le faire. J'espère que ça apparaîtra bientôt sur le site, qu'on puisse être au courant des nouvelles collections.

Je porte aujourd'hui, pour le septième jour consécutif, Charm sur les mains et Jazz Club sur les pieds... et ça continue à tenir. Leurs produits sont vraiment d'excellente qualité !


Pour celles qui aiment le gris, MAVALA en a trois, au vu de la piètre qualité des vernis MAC, je vais revendre mon vernis Hello Kitty et le remplacer par Berlin.

samedi 24 octobre 2009

Cabaret's Color de Mavala


Mavala vient de sortir une nouvelle collection avec 6 vernis, dont mes deux nouveaux chouchous Jazz Club et Charm.


En voulant en savoir plus, j'était un peu déçue du site Mavala, très bien conçu en ce qui concerne les différents problèmes que l'on peut rencontrer avec les ongles ou les contours des yeux, ils ne sont pas à jour à propos de leurs propres collections. J'attends leur mail avec informations depuis 5 jours.

vendredi 16 octobre 2009

Mascara


Si je ne devais garder qu'un seul produit de maquillage, ce serait la mascara. Ayant des cils très clairs et plutôt courts naturellement, avec ou sans mascara ça change vraiment tout. J'ai longtemps cherché le bon mascara, mais je trouvais soit des allongeants, soit des volumisants qui faisaient des paquets, soit des chers très bien qui ne durent pas, soit des pas chers bof-bof qu'on ne finit pas parce qu'on en achète un autre que l'on espère mieux. Cette période est révolue. Non seulement parce que j'ai trouvé PLUSIEURS mascaras qui me conviennent parfaitement, mais également parce que j'ai ENFIN compris comment maximiser l'application pour mes cils.


D'abord les mascaras, plusieurs. Dans les petits prix, il y a le Colossal Volum'express de Gemey-Maybelline, tube jaune très moche, inratable dans les rayons, il est fantastique, sa grande brosse attrape tous les cils, les sépare et les allonge tout en les recourbant. La photo ci-dessus c'est le Colossal. Il y a également le Lash Blast de Cover Girl (dont j'ai parlé ici) qui a deux versions, tube rouge (Lash Blast Luxe soit disant étincelant, je n'avais pas vu ça en achetant, mais c'est vrai qu'il brille un peu, voir photo ci-dessous) ou tube orange (le Lash Blast normal donc). La brosse est très différente plutôt "à picots", ce que je n'aime pas trop d'habitude, mais là ça fonctionne vraiment bien, il allonge les cils et les épaissit. Par contre, il ne recourbe pas suffisamment. J'ai lu dans plusieurs endroits qu'il y a eu de nombreuses allergies avec ce mascara. Attention donc si vous avez les yeux sensibles ou si vous portez des lentilles. Ces deux mascaras sont assez différents mais tous les deux très convaincants.

Dans les chers, j'aime énormément le Lash Queen Feline Black de Helena Rubenstein, il fait des cils super longs, super définis et recourbés. En fait, pour un maquillage naturel, il est vraiment parfait, pour un maquillage un peu chargé par contre, il ne fait pas assez de volume à mon goût. Je suis également une grande fan de l'Exceptionnel de Chanel, oui, oui, celui avec la brosse-peigne bizarre. Nombreuses sont celles qui ne l'ont pas aimé justement à cause de cette brosse qui demande une application particulière (mode d'emploi à l'appui, je n'avais jamais vu avant de mode d'emploi pour mascara). Et c'est justement cette application particulière qui a tout changé pour moi.

On entend souvent parler du petit mouvement de zigzag qu'il faudrait faire à la base des cils, c'est pas faux (uniquement compréhensible par les fans de Kaamelott), en fait le seul but c'est que la base des cils soient vraiment à l'intérieur de la brosse afin de bien les séparer, ça marche très bien simplement en ouvrant bien l’œil et en poussant la brosse bien contre les cils au départ (on voit sur la deuxième photo que les cils sont maquillés dès la base). Ensuite, je suis le "mode d'emploi" de l'Exceptionnel, quel que soit le mascara utilisé, c'est à dire qu'en remontant vers le haut des cils, je fais tourner ma brosse, ce qui étoffe les cils tout en les recourbant. Imparable, ça change tout. Troisième chose évidente, mais tant qu'on y est allons-y, brosser les cils vers l'extérieur de l’œil, afin que les cils du coin externes soient plus étoffés et ouvrent l’œil tout en le remontant (je crois qu'on voit ça pas trop mal sur la première photo).

mercredi 14 octobre 2009

Ali kebap est mon voisin


Il y a quelques semaines ont fleuri dans nos villes suisses des affiches Ali kebap. Un genre de teasing, au graphisme abominable, pour une société d'affichage suisse. Genre, "vous avez-vu comment vous êtes intéressés par nos affiches, hein". Sur la première affiche on ne savait pas de quoi on parlait (à part de kebap, ce qui était fortement improbable), sur la deuxième affiche, un bandeau apparaissait en bas donnant le nom de la société d'affichage. Une troisième série d'affiches est affichée en ce moment, apparemment pas la dernière, toujours aussi abominable au niveau graphisme que ça en devient conceptuel.

Et ça a plutôt bien marché pour cette société d'affichage, il suffit de taper "Ali kebap" dans google images point ch pour se rendre compte que ça a fait parler. C'était le but. Good for them.

Si j'en parle c'est parce qu'un petit malin, vendeur de kebabs, s'est approprié l'image du gentil-turc-vendeur-souriant en affichant la première affiche en grand dans sa vitrine. Depuis, chaque fois que j'en vois une, je pense à sa boutique. Il s'est donc offert une campagne de pub dans toute la suisse romande, je dis BRAVO !

lundi 12 octobre 2009

Livres lus en septembre 2009


Nouilles Chinoises (Ma Jian)
Subtile critique de la société chinoise. La construction de ce livre est étonnante, chaque chapitre pourrait être lu de manière indépendante, pourtant le tout forme un roman.
Ce livre, même s'il ne parle par uniquement de nourriture (voire même très peu d'ailleurs) va faire partie de ma selection "littérature culinaire" que je vais également place dans mes "pages" -en haut à gauche- afin de les trouver facilement. Si vous avez d'autres titres que ceux qui y sont déjà, n'hésitez pas !

La bâtarde d'Istanbul (Elif Shafak)

Le Japon n'existe pas (Alberto Torres-Blandina)
Ouvrage conseillé par Armalite qui est le démon de ma pile au bord du lit. Roman ou recueil de nouvelles, car même si elles peuvent être lues de manière indépendante, elles étoffent chacune le personnage principal, balayeur d'un aéroport, qui n'a jamais voyagé, qui adore raconter des histoires de voyages et de voyageurs à d'autres voyageurs. Je l'ai commandé en espagnol pour pouvoir le relire et je vais suivre ce "jeune" auteur (car premier ouvrage).

Le mec de la tombe d’à côté (Katarina Mazetti)
Conseillé par Caroline puis par Armalite (qui sont bien meilleures que moi pour parler de leurs lectures), je n'ai pas résisté longtemps. Histoire d’amour à deux voix. Belle écriture. La fin toutefois m’a déçue par tant de conformisme. Un couple est-il forcément uniquement destiné à procréer ? :-(

Paranoïa (Joseph Finder)
Un homme fait, malgré lui, de l’espionnage industriel. N’est pas manipulé ou manipulateur celui que l’on croit. Bon, très bon suspense, jolie langue. Auteur à retenir.

Versant Océan (Isabelle Autissier & Lionel Daudet)
Trois marins et trois alpinistes partent pour la Géorgie du Sud, île anglaise au large des Malouines/Falklands (suivant dans quel camp on se place... ). Pendant que les alpinistes gravissent les sommets, vierges et non cartographiés pour la plupart, les marins tournent autour de l’île (ce qui, dans les 50e rugissants n’est JAMAIS évident) pour servir de base à leurs accolytes terrestres. Ce récit sous la forme d’un abécédaire nous plonge dans deux réalités, deux éléments, a priori opposés mais finalement si proches. Cette proximité entre ces aventuriers terrestres ou marins est touchante et passionnante.

De bons présages (Terry Prachett & Neil Gaiman)
Encore une suggestion d'Armalite, quoique cette fois-ci, je n'adhère pas. L’auteur des Annales du Disque-Monde m’a habitué à plus de drôlerie. J’ai été un peu déçue. Le délire de base pourraît amener beaucoup plus loin, il y a plein de moments drôles et des trouvailles fabuleuses, mais je trouve qu’il y a trop de personnages, que le rythme n’est pas abouti. Plaisant tout de même ! Il ne me reste qu'à découvrir Neil Gaiman dans ses délires solo.

Slam (Nick Hornby)
Un ado de 15 ans, dont la mère a 30 ans, met sa petite amie enceinte. De cette histoire qui pourrait être pathos et bateau, l’auteur réussi pourtant à s'en sortir avec brio. C'est passionnant, touchant, profond et léger à la fois, on est plongé dans la tête de ses différents personnages sans que les ressorts littéraires ne soient jamais grossiers.  Bref, j’aime Nick Hornby. Si vous n’avez jamais rien lu de lui, je vous recommande vivement High Fidelity (d’ailleurs le film qui en est tiré est vraiment bien aussi, forcément il y a Jack Black inside) et Vous descendez ? (A long way down).

La cuisine des petits chemins ou Comment faire une salade de ses promenades,un dîner de ses randonnées ou une ratatouille de ses vadrouilles (Annie Pavlowitch)
Plus de 50 recettes à base de plantes très faciles à trouver au bord des chemins de campagne, avec un lexique illustré pour apprendre à les reconnaître… et à reconnaître celles qu’il ne faut surtout pas cueillir. Mes neveux ET ma mère sont fans. Très utile pour faire marche un enfant de 4 ans qui n'en a pas envie.

samedi 10 octobre 2009

Stormwatch


Nouveau fard reçu, Stormwatch, un mat donc assez difficile à travailler en temps normal surtout quand on ne résiste pas à l'utiliser dès réception... sans prendre le temps de mettre une base (du coup, difficile à travailler et beaucoup moins vif que ce à quoi je m'attendais, mais peut-être ne sera-ce pas le cas avec une base claire), en simple halo, pour voir ce que ça donne.


C'est presque la couleur de mes iris, je suis RA-VIE !